Espaces de la charte

Le projet de recherches « Les Espaces de la charte », soutenu par l’Agence nationale de la Recherche, et qui prend la suite d’une Action concertée incitative lancée en 2004 par le Réseau des Maisons des Sciences de l’Homme, prévoit la réalisation d’une base de données de chartes médiévales françaises.  Ce projet unit des chercheurs des universités de Caen (P. Bauduin), Chambéry (L. Ripart), Dijon (E. Magnani), Nancy (C. Giraud et J.-B. Renault), Nice (M. Lauwers), Orléans (Ch. Senséby), Paris (P. Bertrand à l’IRHT, P.-H. Billy au LAMOP) et Rennes (Fl. Mazel), et est dirigé par B.-M. Tock (Strasbourg).

Les chartes sont conservées en grand nombre (peut-être 300.000 pour la France jusqu’en 1300), mais sont très dispersées dans de nombreux dépôts d’archives et, lorsqu’elles ont été publiées, dans de nombreux ouvrages ou revues.  La constitution d’une base de données de chartes françaises permettra la consultation rapide d’une partie, importante j’espère, de ce vaste ensemble documentaire, et facilitera ainsi, tout en le rendant plus sûr, le travail des chercheurs.

Cette base de données existe déjà et est consultable à l’adresse www.chartae-galliae.fr. Elle reprend actuellement un peu plus de 5000 chartes, nombre qui devrait croître rapidement.

Le principe est de permettre d’interroger le texte de chartes éditées (bien que nous commencions à intégrer aussi quelques actes inédits) : interrogation sur un mot, un groupe de mots, deux mots dans une même phrase…  Des champs « auteur », « bénéficiaire », « date », « analyse »… sont également interrogeables.  La base Chartae Galliae permet donc, et permettra de plus en plus, aux chercheurs en histoire médiévale de trouver les actes dont ils ont besoin pour leurs travaux, qu’ils s’intéressent à un auteur, un bénéficiaire, une formule, une expression, une institution…

Certaines équipes membres du projet ont déjà mis au point une base de données régionale.  C’est en particulier le cas de l’équipe de Caen (base de données de chartes normandes, non encore consultable sur internet) et des collègues de Dijon (voir le site http://www.artehis.cnrs.fr/BDD/CBMA/AccueilCBMA.html).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *