Les chartes : leurs écritures, leurs scribes. Journée de diplomatique

organisée par Laurent MORELLE et Michel PARISSE

Jeudi 17 juin 2010

Présentation scientifique

Dans un renouveau historiographique marqué par une attention plus soutenue à la matérialité de l’acte écrit, cette nouvelle journée d’étude consacrée aux écrits documentaires se propose d’envisager quelques-uns des nombreux problèmes liés à leur réalisation graphique, plus spécialement à leur écriture. Loin de prétendre aborder l’ensemble des problèmes, on privilégiera ici le scribe, son travail et les choix graphiques qu’il est amené à faire lors de la réalisation d’une charte ou d’un document d’archives. On envisagera surtout la documentation des VIIIe-mi XIIIe siècle.

On peut dégager a priori trois approches du sujet. La première consiste à travailler sur un corpus, qu’il s’agisse de celui d’un bénéficiaire (chartrier) ou d’un expéditeur (chancellerie), de façon à proposer une pesée globale des usages et marges d’action des scripteurs au sein d’un atelier d’écriture (une telle approche implique naturellement qu’on puisse éviter ou limiter tout raisonnement circulaire en matière d’attribution de la réalisation graphique des actes considérés au scriptorium étudié). Une autre voie envisage de suivre le scripteur dans l’évolution de son profil graphique et la diversité de ses productions, ce qui ouvre naturellement aux difficultés dans la l’identification d’un scribe, la reconnaissance de sa main dans la (longue) durée et dans la diversité (plus ou moins large) de ses interventions. La question de la spécialisation graphique se pose : y a-t-il des scribes de chartes et des scribes de livres, ou bien les mêmes scripteurs agissent-ils dans différents domaines ? Enfin, il est loisible de mettre des problèmes graphiques au coeur de la réflexion : emploi de différents styles d’écriture, systèmes d’abréviation, traitement de différents lieux singuliers de la page d’écriture (première et dernière lignes, fins de ligne, légendes de chirographe, etc.). Il s’agira d’explorer les relations entre teneur et graphie, entre le discours diplomatique et les scansions graphiques, et plus largement aussi d’étudier la relation entre la nature de l’écrit élaboré et l’écriture choisie pour le réaliser.

Dans la tradition des rencontres diplomatiques du LAMOP, on voudrait mettre l’accent sur des situations concrètes et des problèmes de méthode. Comme c’était le cas dans les précédentes journées d’étude, les différentes interventions devront s’appuyer sur un dossier de documents soumis préalablement aux participants.

À  ceux qui ont travaillé sur un scribe, sur une chancellerie, sur un chartrier, nous offrons l’opportunité de proposer une analyse, une réflexion, une démarche, leurs conclusions aux auditeurs de la journée. Chacun disposera de trois quarts d’heure pour exposer son projet et en discuter.

Programme de la journée du 17 juin 2010

9h15: accueil au LAMOP, Villejuif, 7 rue Guy Môquet, bâtiment D (voir le plan d’accès page suivante. Un fléchage sera mis en place).

9h30 : Introduction par Laurent Morelle.

9h45 : Dominique Stutzmann : L’écriture des chartes comme système graphique complexe.

10h30 : Chantal Senséby : Des devises et des chartes. Options graphiques et teneur des écrits dans la documentation ligérienne des XIe et XIIe siècles.

11h15 Pause

11h30 : Benoît-Michel Tock : L’écriture des chartes de l’abbaye de Vaucelles au XIIe siècle

12h15 : Timothy Salemme : L’écriture des actes en Italie du Nord : le cas de l’abbaye de San Vittore di Meda au XIIe siècle.

13h00 : Buffet

14h15 : Jean-Luc Benoît : L’écriture du dossier concernant saint Edme d’Abingdon (XIIIe siècle)

15h00: Sébastien Barret : Le chartrier de Cluny, un champ privilégié d’observation des phénomènes graphiques.

15h45 : Pause

16h00: Jean-Baptiste Renault : Les scribes et l’écriture des actes de Saint-Victor de Marseille au XIe siècle.

16h45 : Michel Parisse : L’écriture d’un scribe messin à la fin du XIIe siècle

17h30 : Table ronde conclusive

La journée se déroulera sur le campus du CNRS, 7 rue Guy Môquet, bâtiment D, salle 511 (5e étage)

Accès par le métro, ligne 7. Descendre à Villejuif-Paul Vaillant-Couturier (Hôpital Paul Brousse), passer devant le garage Ford, prendre la rue Paul Vaillant-Couturier en direction de l’hôpital, longer l’hôpital jusqu’à la rue Guy Môquet, sur votre droite. Le CNRS est au n°7. Passer la guérite et la barrière, et aller tout droit : un fléchage sera mis en place.

S’inscrire auprès de Monique Goullet (goulletm@orange.fr ) avec copie à Michel Parisse (parissem@noos.fr).

Un buffet sera servi à midi. Communicants et auditeurs sont cordialement invités à y participer. Merci de vous inscrire le plus tôt possible.



Citer ce billet
gdrdiplo (2010, 17 mai). Les chartes : leurs écritures, leurs scribes. Journée de diplomatique. De rebus diplomaticis. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nwiw

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.