Compte rendu : séance Mise en page et mise en texte du document d’archives du GDR 3177

Le 11 avril 2013 s’est tenue une rencontre du GDR 3177 « Diplomatique ». La matinée a été consacrée à une réunion technique et administrative, l’après-midi à une séance scientifique autour du thème Mise en page et mise en texte des document d’archives, dans le cadre de l’axe « La matérialité des documents d’archives », mené plus particulièrement par Paul Bertrand au sein de l’équipe. Il s’agissait d’une rencontre relativement informelle et surtout destinée à présenter idées et réflexions et à les soumettres à la discussion. 

Le premier intervenant a été Laurent Morelle, qui est revenu dans ce cadre sur le sujet de la transcription des actes diplomatiques dans les manuscrits non-diplomatiques. Ceci avait déjà fait l’objet d’une journée d’étude parrainée par le GDR et organisée par l’Institut de recherche et d’histoire des textes et l’École pratique des Hautes Études le 10 janvier 2013 (un compte rendu en est disponible sur ce même carnet de recherche). Il a tout d’abord rappelé les difficultés méthodologiques et pratiques, mais aussi l’intérêt, du sujet comme il l’avait fait au cours de la journée précitée, avant de soumettre un exemple concret à la sagacité des participants : celui d’un acte de l’archevêque de Reims Renaud, organisant la réforme de Saint-Nicaise, copié dans un manuscrit biblique provenant du chapitre cathédral, mais sans que son origine puisse être définitivement établie en l’état. Outre les problèmes de la datation des différentes parties du manuscrit et de celle de la copie de l’acte (ce qui mène à la question d’une éventuelle forme d’« enregistrement »), il est revenu sur une rupture de l’écriture de cette copie, qui, après un début purement livresque, passe par une transition en deux étapes à l’imitation un peu contrainte d’une écriture de chancellerie rappelant assez fortement les actes épiscopaux rémois de la période.

Caroline Bourlet a ensuite évoqué des documents de gestion (qui, du reste, sont aussi l’un des axes de recherche du GDR), et plus précisément la documentation de Saint-Martin-des-Champs, sur l’arrière-plan de l’impressionnant travail de Valentine Weiss Cens et rentes à Paris au Moyen Âge. Après être revenue sur quelques caractéristiques de mise en page (marges très importantes) et de traces textuelles de l’utilisation matérielle des documents (ainsi, les instructions en début de manuscrit quant à la forme à donner aux annotations qui seront faites dans ces mêmes marges), elle a évoqué le cas des registres d’ensaisinement du XIVe siècle (ils servent à organiser le paiement des droits de cens ou lods et vente par les nouveaux propriétaires des biens concernés). Elle a tout particulièrement noté le cas d’un manuscrit curieux, un récapitulatif établi, rue par rue, des ensaisinements passés depuis 1382. Ce manuscrit a peut-être été dressé, après 1390, par un chambrier en délicatesse avec son institution, afin de prouver l’honnêteté de sa gestion ; il se caractérise par l’attention qu’il porte aux lieux et aux personnes concernées, au détriment des sommes dues qui ne sont pas mentionnées, contrairement à ce qui se passe dans les registres « courants ».  La discussion qui a suivi, à laquelle prirent notamment part Olivier Canteaut et Armand Jamme, a permis de souligner un point quelque peu mystérieux : l’absence pour cette institution de censiers conservés, que ne pouvaient remplacer des registres d’ensaisinement peu aptes à la gestion quotidienne.

Sébastien Barret a ensuite présenté quelques réflexions sur la notion de mise en page et son emploi concernant les chartes et diplômes du Moyen Âge.  Notamment dans ses formes les plus modestes, c’est parfois une réalité difficile à saisir ainsi qu’un concept délicat à manier. En effet, certains documents qui semblent ne faire l’objet d’aucune mise en page, dépourvus même de marges, peuvent révéler à un examen plus approfondi une certaine maîtrise des relations entre texte inscrit et parchemin utilisé. Les scribes ont parfois visiblement fort bien estimé la place nécessaire et suivi assez adroitement les éventuelles irrégularités de la feuille. Ce phénomène, apparaissant sur des documents très peu apprêtés, sont ainsi une occasion de rappeler les réflexions de Benoît-Michel Tock sur la nécessité de ne pas confondre écriture informelle et maladresse, simplicité des formes et absence de « professionalisme », même si ce dernier peut s’exprimer autrement qu’on ne l’attendrait. Sébastien Barret s’est ensuite livré à un petit excursus sur les reproductions de monogrammes dans les copies d’actes, cartulaires, mais aussi vidimus par exemple, que l’on retrouve y compris dans des contextes très peu formalisés ; ceci indique sans doute bien l’importance de cet élément dans la perception par les médiévaux de la mise en texte des actes, au-delà même des questions de validité ou d’illustration de cette dernière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.