Rapides impressions : le salon Le futur du livre, 12-14 avril 2013, Chenôve

Le 13 avril dernier, j’ai eu le plaisir d’intervenir au cours du salon « Le futur du livre » qui se tenait à Chenôve en Bourgogne, tout près de Dijon, organisé sous le patronage d’Edgar Morin notamment par Nathalie Bretzner, fondatrice des éditions Clea, Vincent Demulière, l’association Apelle et la mairie de Chenôve (programme). Les organisateurs ont su réunir un panel d’intervenants compétents et passionnés, au nombre desquels se trouvaient des invités tels que Pierre Haski, venu évoquer l’expérience de Rue89 et du journalisme en ligne. Le succès populaire du salon a été amplement démontré par l’affluence du public, au point que les chaises, pourtant nombreuses, commençaient à manquer en fin d’après-midi.

Je n’ai malheureusement pas pu rester pour la journée qui suivait celle où j’ai donné ma communication et n’ai donc eu qu’une vue assez partielle de l’événement, dont je ne saurais donc rendre vraiment compte ici – de plus, il concernait la lecture et ses formes futures, et non la diplomatique ; je voudrais donc ici simplement livrer l’une ou l’autre réflexion que l’événement m’a inspiré, en relation avec notre discipline.

Venu pour évoquer le « numérique au service du patrimoine culturel » (un petit quiproquo m’ayant élevé dans le programme au rang de responsable de la plate-forme d’édition électronique  Telma), j’ai principalement parlé de ce que je connaissais, à savoir l’exploitation de ces ressources dans la diffusion et la mise à disposition de sources historiques, en prenant mes exemples surtout au Moyen Âge et dans Gallica, les Cartae Burgundiae Medii Aevi, la Bibliothèque Virtuelle des Manuscrits Médiévaux et Telma (en évoquant également les blogs ou Twitter pour la diffusion et la communication). Ce qui m’a frappé, c’est la relative simplicité des véhicules que nous empruntons pour diffuser images et informations, par rapport au feu d’artifice technique et esthétique qui a pu être présenté par les autres intervenants – en général plus centrés sur le livre et la librairie. De manière globale, nous tendons à préférer les interfaces simples ; le seul instrument en développement que je connaisse qui soit spécifiquement prévu pour tablette tactile est Formes à toucher, actuellement en développement sous la houlette de Matthieu Bonicel et Dominique Stutzmann (dont je n’ai pas parlé à Chenôve pour des raisons de temps et d’inachèvement d’un projet qui n’est pas le mien et dont je ne voulais donc pas risquer de parler hors de propos) – ce qui ne veut pas dire qu’il n’y en a pas d’autre.

Je me suis donc pris à me demander si, pour de futures éditions électroniques, il n’y aurait pas là un filon à creuser. Je ne suis pas sûr qu’en l’état, les expériences de réalité augmentée et de Web 3D présentées par Lorenzo Soccavo (je renvoie à son « incubateur d’idées »  et métavers 3D Francogrid) soient, en l’état, les plus directement utiles pour les objets évoqués dans ce carnet de recherche ; mais les nombreuses possibilités de mise en page, de sélection, d’interactivité textuelle qui ont pu être évoquées par Michèle Drechsler ou Élisabeth Sutton, par exemple, me semblent pouvoir être pertinentes pour le diplomatiste. Passer d’un état du texte à l’autre, en version éditée ou originale, déplacer les éléments, pivoter les visualisations… voilà qui offre un éventail de possibilités, non seulement pédagogiques, mais également de visualisation et d’exploitation des données scientifiques – et Formes à toucher le montre bien. Reste, bien évidemment, la question des possibilités humaines et financières pour la réalisation de tels projets ; nous en sommes, bien souvent, encore à gérer la transition de nos bases de données vers des formes simplement compatibles avec les outils actuels. Ce serait, peut-être, une occasion de renouveler les liens entre édition scientifique et édition commerciale ?


1 réflexion sur « Rapides impressions : le salon Le futur du livre, 12-14 avril 2013, Chenôve »

  1. Relisant ce billet, je m’aperçois que j’ai oublié de mentionner DocExplore à côté de Formes à toucher – donc, je connais au moins deux projets de ce type 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.