Compte rendu : colloque international Conservation et réception des documents pontificaux par les ordres religieux (XIe-XVe siècle)

Compte rendu rédigé par Elisa Romani

Les 12 et 13 décembre 2013 s’est tenu à la Maison des Sciences de l’Homme de Nancy un colloque, organisé par le Centre de Médiévistique Jean Schneider (CNRS-Université de Lorraine) – dont l’atelier de diplomatique est désormais fondu au sein du CRULH (Centre de Recherche Universitaire Lorrain d’Histoire) – qui a visé à approfondir et confronter les thèmes de la réception, conservation et valorisation des actes pontificaux dans les établissements religieux du Moyen Âge. Issue des réflexions post-doctorales des deux organisateurs, Jean-Baptiste Renault (Université de Lorraine) et Timothy Salemme (Université de Namur), cette rencontre a  réuni une vingtaine de chercheurs français, italiens, allemands et espagnols. Les communications ont porté sur les attitudes diplomatiques et archivistiques étudiées dans le cadre d’une aire géographique, d’un ordre religieux ou militaire en particulier ou bien d’un établissement spécifique  : l’analyse de la documentation pontificale ne s’est pas limitée aux actes octroyés par le pape, mais s’est étendue à ceux délivrés par ses légats, évêques ou cardinaux, et par les juges apostoliques délégués. Le questionnement a porté sur la typologie des actes reçus, les modalités d’archivage et transcription à travers les copies, les cartulaires et les recueils de l’époque moderne, conduisant les chercheurs à dépasser le terme chronologique du colloque d’au moins deux siècles.

Ces deux journées ont été aussi l’occasion de présenter les projets en cours de réalisation à l’Atelier diplomatique de l’Université de Lorraine, présentés par la directrice Isabelle Draelants dans son allocution de bienvenue, puis par Jean-Baptiste Renault et Christelle Loubet. Né dans les années soixante, ce centre a toujours été un chantier actif sur les textes diplomatiques et s’est occupé du rassemblement des transcriptions des chartes originales conservées en France antérieures à 1121, qui sont aujourd’hui consultables – et les photographies le seront bientôt – grâce au portail TELMA de l’IRHT. Environ cinq mille documents sont disponibles sur le site http ://www.cn-telma.fr/originaux/index/ et depuis décembre 2013 la base de données s’est enrichie d’autres reproductions de chartes, la plus part inédites, pour la période 1121-1220  : le premier corpus compte à peu près sept cent chartes provenant de Lorraine et d’autres ensembles d’actes, éventuellement de régions périphériques à la Lorraine, viendront s’y ajouter, dans un souci de cohérence archivistique.

Parmi ces documents diplomatiques, on reconnaît aisément le poids croissant des actes octroyés par les papes, lorsqu’on a à l’esprit l’augmentation considérable des actes délivrés par la Curie apostolique, environ vingt mille pendant le XIIe siècle, comme Rolf Grosse l’a rappelé dans son introduction. D’après les registres du pape Grégoire VII on peut calculer que 37% des actes ont été envoyés en France, 29% en Italie et 17% en Allemagne. Rolf Grosse a envisagé aussi la nécessité d’approfondir les politiques archivistiques des établissements, qui explicite l’intérêt des ces derniers vers la documentation provenant de Rome.

Trois interventions ont porté sur la région ibérique. Klaus Herbers a expliqué qu’au XIIe siècle les établissements liés à la papauté sont peu nombreux puisque les ordres religieux de la péninsule préfèrent s’adresser aux pouvoirs locaux, ecclésiastiques ou laïcs, pour se faire confirmer leurs biens et possessions. Les cartulaires pris en considération, ceux de Santa-Cruz de Coïmbre et de Sahagún (XIIe siècle), recueillent des textes de genres différents et les actes des pontifes se trouvent à côté de textes historiographiques et hagiographiques. Dans quelques abbayes, l’organisation de la documentation subit une influence française  : c’est le cas des monastères cisterciens et de Sahagún, même si cet établissement reste un cas très précoce et non imité pour longtemps.

En effet, Miguel Calleja Puerta, qui a dédié son intervention aux monastères castillans, a confirmé qu’au XIIIe siècle, les cartulaires ibériques connaissent l’introduction de documents pontificaux, mais d’une façon très irrégulière : ainsi, les monastères du nord de la région, affiliés à Cluny, accordent une faible place aux actes provenant de Rome, tant et si bien qu’on songe à l’existence de bullaires aujourd’hui perdus. Avec l’arrivée des cisterciens au XIIIe siècle, on assiste finalement à une cartularisation de l’acte pontifical : ces moines importent un nouveau modèle de cartulaire, plus simple et modulaire, qui fait la conservation plus sélective.

Ghislain Baury a complété les aperçus ibériques en parlant du royaume de Castille. Son étude signale que Cîteaux assurait la diffusion des chartes adressées à toutes les autres abbayes de l’ordre cistercien, mais pour la péninsule on n’a aucun cas, avant le XIIIe siècle, de document copié en chapitre général et envoyé dans la région; de même, le réseau local des abbayes ne semble pas avoir un rôle effectif dans l’accès aux actes pontificaux, dont on conserve un faible nombre d’exemplaires. Toutefois, l’abbaye féminine de Las Huelgas de Burgos constitue une exception : dans ses archives il y a des privilèges adressés par les papes depuis sa fondation en 1188 et la présence de deux petits cahiers contenant quinze actes pontificaux, validés par un notaire (XIVe siècle), démontre la tentative de constituer un bullaire. Les lettres pontificales étaient en général plus recherchées : on conserve plusieurs exemplaires de lettres exécutoires et de mandata utiles en cas de procès.

Pour sa part, l’intervention de Jean-Daniel Morerod sur l’actuelle Suisse romande constate l’absence d’insertion de privilèges pontificaux dans les cartulaires cisterciens ou chartreux de cette région. Il concentre ses observations sur la pratique du vidimus et il envisage un rôle marquant des évêques pour les XIIe et XIIIe siècles dans la diffusion des privilèges généraux chez les prémontrés et des cardinaux pour les franciscains. La nécessité de pouvoir produire en justice des copies d’actes oblige les religieux à s’adresser soit aux autorités ecclésiastiques, soit aux notaires ou bien à d’autres spécialistes  : Jean-Daniel Morerod, en prenant l’exemple de la transcription d’une bulle de Martin IV du 13 décembre 1281 par les Mineurs de Saint-François de Sale, soupçonne que les cardinaux sont impliqués dans une sorte de marché de validation des copies et qu’ils se sont investis dans des activités comptables à travers la production de vidimus, la concession des indulgences et aussi les négociations de crédit.

Ensuite, une grande place a été réservée aux communications portant sur un monastère particulier : chez les bénédictins d’aire française, à Marmoutier et à Saint-Géraud d’Aurillac, on peut parler de réception régulière d’actes des pontifes romains par les moines et d’une conservation soignée. S’agissant de Marmoutier, Claire Lamy conclut que les nombreuses copies modernes (quarante-six, sur un total de soixante-sept) de lettres et privilèges des papes montrent l’attention de l’abbaye à la conservation de ces types d’actes; toutefois elles n’ont pas une place spécifique au sein d’un bullaire. À l’occasion de conflits et autres différends, des dossiers spécifiques nous apportent le témoignage d’un usage fréquent de lettres papales et de légats, comme dans le cas d’un litige de 1093 à propos du prieuré de Chemillé. Ces documents ont été aussi diffusés au sein des nombreuses dépendances de Marmoutier, sans toutefois qu’il s’agisse d’une pratique constante.

En ce qui concerne Saint-Géraud d’Aurillac, Sébastien Fray, partant de l’extrait de l’inventaire du XVIIIe siècle rédigé par Vacher de Bourg l’Ange, montre qu’apparemment on possède une série complète des privilèges des papes pour la période 1061-1141, tandis qu’il y a des deperdita parmi les lettres, signe que les deux types d’actes étaient conservés séparément. En effet, les archives abbatiales possédaient une armoire dédiée aux privilèges royaux et pontificaux, mais parfois certaines bulles ont été déplacées pour des raisons pratiques et rangées dans des dossiers thématiques ou topographiques. Comme les moines de Marmoutier, Saint-Géraud s’est préoccupé de transmettre copies reçues des bulles à ses principales dépendances (son temporel est difficile à délimiter, selon la période on compte entre soixante-dix et quatre-vingt-dix établissements affiliés) dans le souci de créer une identité monastique et garantir les droits sur place sans aller chercher des pièces à l’abbaye mère. Cependant, en cas de confirmations de biens octroyées par le pouvoir laïc et le pape, on préférait insérer dans les cartulaires les actes royaux : Fray suggère que la fondation laïque (fin IXe siècle) de l’abbaye a eu un impact plus marqué sur la mémoire des moines.

S’agissant des cisterciens de Bourgogne, l’étude archivistique encore en cours de Coraline Rey a mis en évidence des situations disparates. À Cîteaux par exemple, au contraire des actes de la pratique courante, les documents pontificaux (entre cent quatre-vingt et deux cents  privilèges, privilèges mineurs, lettres, brefs) connaissent rarement des exemples de mentions dorsales; de plus, la confrontation avec les autres établissements de la région n’a fait ressortir aucune analogie. La copie de ces actes, commencée au XIIIe siècle, n’a pas été effectuée au sein d’un cartulaire, mais les moines ont préféré les insérer dans des ouvrages liturgiques ou d’étude. C’est seulement au XIVe siècle que les religieux ont constitué un bullaire (Ms. 598, Bibl. mun. de Dijon), volume à disposition des autres abbayes de l’ordre : on observe que la reproduction des signes graphiques (rota et benevalete) n’est pas systématique mais la dernière partie du codex contient la table des privilèges reçus de la fin du XIVe ou début du XVe siècle.

Une nouvelle occasion d’étudier la réception documentaire à Cîteaux a été donnée par Guido Cariboni, qui a examiné trois rédactions du même privilège Attendentes quomodo d’Alexandre III (pontife de 1159 à 1181) pour l’abbé Alexandre, qui différent par quelques détails significatifs. L’acte comprend des dispositions fondamentales qui modifiaient le droit canonique : grâce à cette bulle la punition des crimes passait sous le contrôle direct de l’abbé-père et du chapitre général, en évitant le recours à une personne exterieure comme l’évêque diocésain. La première version (JL 11587, janvier 1169) a été reformulée six mois après (JL 11632) car la pratique de correction explicitée ne correspondait guère à la Carta caritatis posterior de l’ordre, qui n’envisageait un rôle correctif que pour l’abbé-père et ne considérait pas le chapitre général. Cette version du privilège était présente en original dans les archives de Clairvaux et elle entre dans le bullaire de l’ordre. Pourtant la dernière rédaction (JL -, janvier 1173), adressée à l’abbaye anglaise de Fountains, ne contient pas ces ajustements mais c’est son texte qui est ensuite passé dans les collections canoniques.

Si on considère encore le verso des actes, le cas de l’abbaye  de Chiaravalle Milanese exposé par Timothy Salemme s’avère tout à fait l’inverse de celui de Cîteaux. De sa fondation en 1135 et jusqu’à la moitié du XIVe siècle, l’abbaye a reçu cent actes des papes : les bulles présentent des mentions dorsales appartenant à quatre mains différentes et, dans le tabularium abbatial, elles ont une position privilégiée et séparée des autres actes publics (évêques, archevêques, magistrats, légats), qui possèdent moins de notes dorsales. Au sein des archives on a retrouvé des copies « simples » des actes, sur parchemin individuel, qui laissent la place après les années 1270 aux copies authentifiées par les métropolitaines des alentours, mais les moines s’adressaient aussi à des évêques cisterciens de passage. Même si on ne possède aucun bullaire, les notes dorsales attestent l’existence d’un libellus privilegiorum, aujourd’hui perdu.

Véronique de Becdelièvre a démêlé la pratique documentaire à l’abbaye de Fontfroide (Languedoc), fondée en 1093 et affiliée à Citeaux depuis 1145. Elle a insisté sur le vif intérêt que les moines ont manifesté, à partir de la moitié du XIIIe siècle, à disposer de copies dûment validées à travers les vidimus établis par des autorités soit publiques, les notaires, soit religieuses, les évêques. On devine aussi une réelle politique archivistique des moines qui s’exprime dans le mode de conservation des documents : toutefois le problème consiste en la rareté des originaux (le seul acte médiéval est une pancarte de 1266, dix bulles transcrites de l’original), perdus dans les destructions de la période révolutionnaire. Pourtant on suppose un ordre thématique des actes d’après le classement par matières des inventaires, où l’on distingue un même titre général rassemblant tous les types de documents pontificaux, garantissant autonomie et patrimoine des religieux.

Comme en Italie, le nombre d’originaux conservés dans l’espace flamand est très élevé. L’analyse de Jean-Charles Bédague, portée sur l’ensemble des vingt-cinq collégiales séculières flamandes, compte soixante-deux actes pontificaux, dont quarante-six connus en original, datés de la fin des années soixante du XIe siècle à 1198. Les pertes subies par les dommages matériels de la Première Guerre mondiale ont causé des grandes disparités en ce qui concerne le nombre des pièces conservées  : en tout cas on relève souvent que tous les établissements ont peu recouru aux notes dorsales sur leurs privilèges et lettres. Cette absence pourrait signifier soit un moindre recours aux originaux (aisément visible par l’état de conservation des documents), soit un lieu de conservation différent soit encore que les parchemins étaient facilement repérables dans les archives. L’étude faite sur la reprise des actes précédents (Vorurkunden) pour la rédaction d’un nouveau document permet de connaitre le rôle déterminant des bénéficiaires dans la préparation de celui-ci, comme montre le dossier de Saint-Omer.

Un cas intéressant, mais non unique, de personnages influençant la production documentaire et la conservation, est présenté par la communication de Annarita De Prosperis. Le fonds « Pergamene » des archives de la Curie générale de l’ordre des frères mineurs de Rome contient un riche corpus d’originaux pontificaux, dont la moitié remonte aux XIIe et XIIIe siècles. L’analyse des mentions dorsales des documents éclaire leur production  : le procureur général de l’ordre en Curie, en tant que responsable direct de la production documentaire pour les franciscains, pouvait s’accorder avec le personnel de la chancellerie, simplifier la réception des pièces et intervenir dans leur rédaction. En effet, il n’avait plus besoin du Fiat du pape mais seulement de l’accord du vice-chancelier  : surtout sous le pontificat d’Alexandre IV (1254-1261), le procureur ne demande que la reproduction de certaines lettres, avec modification de la date, ce qui explique la présence dans le fonds d’un nombre élevé d’originaux multiples, présentant un même contenu mais dotés de datations différentes.

Chez les chevaliers Teutoniques (ordre confirmé en 1198 par Innocent III) les procureurs généraux et les grands maîtres ont pesé aussi sur l’organisation des leurs archives et ils ont favorisé la création d’un réseau administratif, qui a adapté les modes de préservation de ses documents en fonction des événements politiques de la période. Barbara Bombi nous renseigne sur deux rouleaux-inventaires qui contiennent cent quatre-vingt lettres papales environ, rédigés à Rome (1302-1305) et Avignon (1318), et conservés aujourd’hui au Geheimes Staatarchiv de Berlin. Ils représentent le témoignage du processus de décentralisation des archives de l’ordre militaire ainsi que l’exigence d’avoir toujours à disposition des pièces pour défendre ses droits. D’après la confrontation des rouleaux avec les originaux qu’il nous reste (conservés à Berlin et au Deutschordenzentralarchiv de Vienne), on relève que diverses copies de lettres pontificales ont été réalisées dans les bailliages germaniques des Teutoniques  : un exemple clair de cette pratique se trouve dans un troisième rouleau du début du XIVe siècle provenant de la commanderie suisse de Beuggen, où l’on trouve vingt-quatre litterae générales transcrites selon un ordre thématique, à montrer en cas de différends avec les pouvoirs locaux, laïcs ou ecclésiastiques.

L’étude comparative de Franz Neiske sur le Bullarium clunacensis et de la Bibliotheca cluniacensis dépasse l’époque médiévale pour dévoiler les raisons différentes qui ont amené à imprimer ces deux ouvrages au XVIIe siècle, portant des souvenirs des sept cartulaires manuscrits de Cluny. Quoiqu’on retrouve des points communs dans les frontispices des publications, le premier paru, la Bibliotheca, présente une valeur juridique majeure, alors que le second reste une publication historiographique  : la transcription des bulles dans la Bibliotheca inclut le numéro du cartulaire et parfois aussi la reproduction des caractères externes. Le Bullarium ignore ces données, par contre il accumule beaucoup plus de textes et pour certains d’entre eux il est la seule source disponible.

Nicolangelo D’Acunto a commenté le silence des textes hagiographiques franciscains du XIVe siècle sur la vaste documentation qu’en vérité l’ordre a reçu. Difficile d’expliquer l’absence dans les Vies de François de la bulle Cum dilecti filii d’Honorius III (pontife de 1216 à 1227), privilège constituant le premier témoignage écrit de l’orthodoxie de la fraternitas ainsi que la base juridique de l’expansion de l’ordre mendiant. Toutefois, les exemples de représentation artistique des privilèges reçus par l’ordre, comme la fresque du XIIIe siècle du monastère Saint-Benoît de Subiaco, représentant Innocent III tenant son privilège pour l’ordre à la main, affirment l’exigence de légitimation des franciscains, mais ce besoin ne se reflète pas dans la tradition littéraire contemporaine du saint.

Il ne faut pas oublier les actes des légats, dont Maria Pia Alberzoni a traité spécialement. Elle signale la perte rapide de leur valeur, surtout après l’insertion ad litteram de ces textes dans un acte papal, et ils étaient aussi vite remplacés dès qu’étaient reçus les documents d’approbation provenant de Rome. Ce qui explique le manque d’originaux et le recours obligé aux registres pontificaux ou aux registres des légats pour repérer les textes. Cependant les actes des cardinaux légats, qui empruntent de plus en plus leurs caractères externes et internes aux documents pontificaux (initiales, litterae elongatae, formulaire), sont mieux conservés.

Enfin, dans ses conclusions, Paul Bertrand a souligné que bien évidemment les thèmes du temps et de l’espace ont été présents durant toutes les communications. En fonction du passage des siècles on constate une évolution naturelle vers une familiarité plus grande avec le document et une croissante complexité dans la façon de le traiter, mais des résultats intéressants sont ressortis lorsqu’on a relevé un développement inattendu, dans telle ou telle région, par rapport à d’autres régions analysées, comme dans le cas de l’Espagne, où la papauté a vu sa puissance s’affirmer relativement plus tard qu’en France. Il faut distinguer aussi, pour le document, des temps différents, coïncidant avec les phases de sa vie  : son temps de création, de diffusion et de conservation. Plusieurs communications ont souligné l’accélération de la production documentaire, ainsi que la progressive rapidité de sa réception, dans tous les endroits intéressés per ses dispositions. En même temps, quoique la documentation en original ait une valeur indéniable, on s’aperçoit de plus en plus de l’importance accordée par les bénéficiaires à la copie authentifiée et à la rénovation d’actes.

En ce qui concerne l’espace on ne peut pas aisément parler d’homogénéité  : l’existence de caractères régionaux marqués, découlant de l’histoire particulière de chaque pays, s’agissant de l’Italie ou bien des Flandres, n’empêche pas la présence d’une pluralité de pratiques au sein d’une même région, si on pense au cas de la Bourgogne; cependant, la découverte d’analogies issues, par exemple, d’un jeu d’influences, en dépit de leur éloignement géographique, est à saisir comme nouvelle suggestion d’étude diachronique, peut-être à partir des mentions dorsales des pièces, une manière d’approcher la documentation très souvent utilisée. L’examen (quand il a été possible) de la place concrète dédiée aux documents pontificaux, au sein des archives, se croise aussi avec le problème de leur compilation  : la mise en registre et la production de volumes spécifiques pour le recueil de certains actes semble être une conception qui se manifeste à partir du XIVe siècle mais qui s’affirme à l’époque moderne et on en voit le fruit dans les ouvrage imprimés, comme le Liber privilegiorum de Cîteaux et le Bullarium cluniacensis.

Les documents restent en tout cas un produit de l’homme et donc leurs textes font l’objet de modifications variées, de remploi, de renouvellement, qui apportent une valeur de plus à notre reconstruction de l’histoire. Il reste à rappeler les auteurs de ces transformations, les religieux et les séculiers qui  gravitent autour d’un acte prêt à être délivré  : les moines ou les abbés qui s’occupent de la « chasse aux documents », les procureurs agissant sur leur conservation, les évêques, les cardinaux ou les notaires chargés de la validation.

En définitive, on ne reproche au colloque que l’absence de communications sur l’Allemagne et on prend acte de la difficulté, aujourd’hui, à accomplir une étude complète sur les attitudes de tout un ordre religieux ou bien d’une pluralité d’établissements affiliés, qui était le but originel du colloque. Heureusement, la cause de cet « échec » est due à la complexité et à l’abondance de sources à notre disposition, qui font du Moyen Âge une époque extrêmement riche. En conclusion, on espère que les perspectives futures de recherche, lancées par ces deux journées, porteront à établir un plan élargi de la conception et du traitement de la documentation pontificale, toujours par le biais de la confrontation et le dialogue international.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.