Le temps de l’acte, le temps dans l’acte : compte rendu

Le compte rendu suivant a été rédigé par Marlène Helias-Baron, ingénieur de recherche à l’IRHT.

La journée d’étude « Le temps de l’acte, le temps dans l’acte » a été organisée conjointement par le GDR 3177 « Diplomatique » et les Archives nationales, plus précisément par Sébastien Barret (chargé de recherche, IRHT), Ghislain Brunel (conservateur en chef, Archives nationales) et Laurent Morelle (directeur d’études, ÉPHÉ).

Une minute de silence a été observée en mémoire de Jean Dufour, diplomatiste et paléographe, ancien directeur d’études à l’ÉPHÉ, décédé en août 2014.

Devant un auditoire nombreux formé de chercheurs confirmés et d’étudiants, la journée s’est ouverte sur une roborative introduction présentée par Laurent Morelle. Celui-ci constate d’abord que le temps est à la mode dans la médiévistique, comme en témoigne le thème du dernier congrès international de Latin médiéval consacré au « Sens du temps » (Lyon, 10-13 septembre 2014). Par ailleurs, lors du colloque conclusif de l’ANR Espachar (Strasbourg, 17-18 novembre 2011), deux interventions étaient dédiées aux dates (Chantal Senséby et Pierre-Henri Billy). Dans le cadre de la présente journée, c’est l’acte écrit qui est examiné, mais pas seulement, puisque des documents para-diplomatiques sont également étudiés, comme les nécrologes. L. Morelle rappelle ensuite que la rencontre s’inscrit dans une réflexion diplomatique qui doit beaucoup mais ne se limite pas à la « chronologie technique » illustrée par quelques outils indispensables aux médiévistes, tels les fameux tableaux du livre II du Manuel de diplomatique d’Arthur Giry (1894). Dans ces conditions, la journée était ouverte aussi bien à « l’étude des formules » de datation qu’à « l’examen des éléments chronologiques », pour reprendre une distinction que prônait A. Giry. Enfin, L. Morelle a replacé les communications à écouter dans l’historiographie du temps et du comput en s’appuyant sur un article de Thomas Vogtherr paru en 2008 dans Archiv für Diplomatik et intitulé « 100 Jahre Forschungen zur Chronologie des Mittelalters und der Neuzeit ». Il y était dressé un rapide bilan des recherches menées depuis un long siècle en matière de chronologie, mais, si l’auteur insistait à juste titre sur les travaux relatifs au comput et aux calendriers, il minorait l’étude des datations présentes dans les documents diplomatiques. Or, il faut rappeler que la datation des actes, qui n’est pas le fait du hasard, n’est pas seulement utile à l’historien en quête des pratiques politiques (lien entre tenue d’assemblée et émission d’actes, itinéraires), mais peut aussi être interrogée sous différents angles d’approche. En ce qui concerne simplement l’approche « politique », L. Morelle cite les beaux travaux, parfois pionniers, conduits en France par Michel Zimmermann, Robert Favreau ou Jean Dufour sur les « obédiences » des souverains. Enfin, il rejoint Th. Vogtherr dans sa conviction que le succès, à partir du XIIIe siècle, des « dates liturgiques » au détriment des dates « à la romaine » est un phénomène culturel majeur, certes bien repéré depuis les travaux de Peter Rück, mais qui requiert encore des enquêtes approfondies pour en saisir la portée. D’une manière plus générale, L. Morelle insiste sur le fait que les formules et éléments de datation méritent une attention démultipliée, dépassant de loin la simple contingence technique, mais tient aussi à rappeler que ces formules et éléments doivent être rapportés à l’ensemble textuel qui les accueille, ne serait-ce que parce que le « temps » est partout dans l’acte.

Trois axes présentés dans l’argumentaire rédigé par Laurent Morelle et dans ce rapport introductif ont ainsi pu soutenir la pensée des intervenants :

– la présence du temps au travers de tout l’acte, aussi bien dans les préambules que dans le dispositif, ne serait-ce qu’au travers de l’utilisation d’adverbes de temps, ainsi que de la tension existante entre la pérennité espérée et le temps des Hommes ;

– le processus d’élaboration de l’acte (c’est-à-dire les moments de sa conception) et sa place dans les procédures juridiques et administratives – en bref, les traces de son utilisation ;

– les moyens et les subterfuges pour faire accéder les chartes à l’éternité.

C’est ce qu’a montré Chantal Senséby (maître de conférences, Université d’Orléans) dans son intervention érudite et précise sur « les formules de datation des actes ligériens, Xe-XIIIe siècles ». Son interrogation diachronique portait sur la date de lieu des actes de Saint-Martin et Saint-Julien de Tours, de Saint-Florent de Saumur, de Saint-Aubin et Saint-Maurice d’Angers, ainsi que de Marmoutier, de Saint-Loup-sur-Loire et de Saint-Serge d’Angers. Dans tous ces fonds, elle a constaté un détachement des formules adoptées par la diplomatique royale carolingienne au IXe siècle et une grande diversité des formules aux Xe et XIe siècles avant l’apparition d’une standardisation un siècle plus tard.

Laura Gili (Chercheuse post-doctorale, Nancy) a continué la réflexion en évoquant de manière dynamique « la datation des chartes d’un fonds romain, XIIe siècle », celui de l’abbaye Saint-Cosme-et-Damien in Mica Aurea à Rome. Il contient 470 chartes données entre 949 et 1589 conservées aux Archives d’État de Rome. Les rédacteurs des actes ont d’abord retenu son attention. Ce sont des professionnels de l’écriture, appelés aux Xe-XIe siècles « tabellions » ou « scriniaires », puis aux XIIe-XIIIe siècles « scriniaires » et « notaires ». Elle s’est ensuite arrêtée sur les autorités mentionnées dans les dates : les papes, les empereurs germaniques, le sénat de Rome après 1144 ou les communes limitrophes. Une remarque cruciale dans cette étude : les dates se placent généralement dans le protocole sauf dans le cas des précaires.

Benoît-Michel Tock (professeur, Université de Strasbourg) et son élève Thomas Brunner (docteur de cette même Université) ont présenté leurs réflexions sur « l’actualisation dans l’acte ». Benoît Tock a d’abord montré la diversité des situations d’actualisation dans le corpus des actes originaux antérieurs à 1120 en se demandant si la présence de la date dans un acte, que les historiens attendent, est véritablement une norme pour les contemporains de la rédaction. Thomas Brunner a enchaîné sur les modifications introduites dans les chirographes douaisiens du XIIIe siècle, plus précisément de 1224 à 1300. Le fonds est important : 1297 documents sont six sont en plusieurs exemplaires. Parmi eux, 864 actes ont subi une actualisation après leur rédaction. Certes, ces modifications sont apparues avant 1250, mais elles se sont multipliées à la fin du siècle. Deux types d’actualisation peuvent être retenus : les actualisations prévues dès la rédaction qui se manifestent par la présence de « blancs » dans le corps du texte, complétés par la suite (notamment les noms des échevins) et les transformations circonstancielles qui peuvent être bénignes ou toucher le contenu juridique du document (ratures et ajouts interlinéaires).

Après la pause méridienne, les travaux ont repris avec Matthieu Allingri (docteur et agrégé d’Histoire, Lyon 2) qui a prononcé un bel exposé sur « la pratique des souscriptions tardives et le rapport au temps dans les actes notariaux catalans, XIIIe-XIVe siècle ». Du fait de la rigueur juridique observée autour de la ratification des actes, les notaires catalans ne peuvent pas souscrire un document tant qu’il manque l’accord d’un ayant-droit. Les registres de Gérone contiennent, selon les circonstances, des indications de ratification ou de non-ratification des actes. Certains d’entre eux sont ratifiés plusieurs années après l’action juridique enregistrée, parfois par un autre notaire que celui qui est intervenu au départ. D’autres sont restés sans aucune ratification. Enfin, malgré cette rigueur ou peut-être à cause d’elle, des documents non-ratifiés ont été remis au client comme le signalent les notes marginales copiées dans les registres.

Vianney Petit (Master, Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines), dont c’était la première intervention et qu’il faut féliciter pour sa bonne tenue au feu, a terminé cette riche journée en présentant « le temps et la chronologie technique dans la documentation nécrologique de la Sainte-Chapelle de Paris au Moyen Âge ». Les deux obituaires conservés de cette institution ont un rapport étroit au temps et ont été complétés après leur fabrication.

Les contributions ont suscité de nombreuses questions et précisions de la part de l’auditoire.

Sébastien Barret a pris la parole pour présenter ses conclusions. Pour lui, trois aspects doivent être retenus de cette journée. Premièrement, l’acte s’inscrit dans un flux temporel ; il se laisse structurer par le temps et le lieu (comme dans les actes ligériens et romains, ainsi que dans les obituaires). Certains documents affrontent l’éternité sans l’être terminés (c’est le cas des documents catalans). Deuxièmement, il faut insister sur la vie du document depuis sa genèse jusqu’à ses utilisations. C’est le temps des interventions postérieures à l’expédition et des modifications, comme ont pu les subir les chirographes de Douai. Troisièmement, intervient notre temps, celui des historiens et des diplomatistes, ainsi que nos attentes vis-à-vis de la documentation. En s’appuyant sur le fonds de Cluny qu’il connaît bien, S. Barret a rappelé que les actes ne nous font que rarement l’amabilité de nous donner des éléments assez précis ou assez concordants pour que nous puissions saisir la manière dont les Hommes du Moyen Âge envisageaient la chronologie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.