Compte rendu de la table ronde sur les cartulaires normands organisée à Caen les 3 et 4 avril 2009

Cette rencontre s’est inscrite dans les projets du volet « Valorisation technologique du patrimoine » du Contrat de Projet État-Région 2007-2013 défendu par la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen Basse-Normandie et a été soutenue par le GDR 3177 « Diplomatique » du CNRS.

Depuis une vingtaine d’années s’est produit un renouvellement de la réflexion diplomatique et archivistique, fruit d’une convergence entre plusieurs disciplines : codicologie, paléographie, philologie, iconographie, cartographie, statistique… et bien sûr informatique. La Normandie, « pays de cartulaires », auparavant un peu en retrait, a profité de ce phénomène et comblé une bonne partie de son retard. En effet, de nombreux cartulaires normands ont été édités et publiés ces dernières années. Certains cartulaires ou recueils d’actes demeurent cependant inédits.

Ce colloque a permis de prendre conscience de la révolution numérique qui s’est produite depuis la table ronde sur les cartulaires organisée par l’École des chartes en 1991. Un bon exemple en est la refonte du Stein entreprise par l’IRHT, soutenue par  la base de données évolutive CartulR dont la deuxième édition va bientôt paraître (à ce propos le colloque fut l’occasion de se rendre compte que des cartulaires normands n’avaient pas encore été recensés dans la base). Par ailleurs, l’intérêt du langage XML a été mis en avant. En effet c’est un langage qui intègre le contenu du document édité, le qualifie en le balisant, grâce à un système de description très pointu. Il permet donc une indexation très poussée (par exemple par nom propre) et un apparat critique très fin. Grâce à cela, il est possible de mettre en relation différentes données entre elles, d’interroger le lexique… Tout cela va dans le sens de la Charters Encoding Initiative (CEI), créée il y a quelques années à Munich par Georg Vogeler afin d’établir des normes communes de balisage pour les chartes médiévales.

Malgré tout se pose la question de savoir si on doit toujours faire des éditions complètes, et si une édition électronique doit ressembler à une édition papier. Ne pourrait-on pas en effet imaginer des solutions intermédiaires ? Ce qui semble en tous cas s’être dégagé de ce colloque, c’est que le support papier reste nécessaire quand on édite un cartulaire, ne serait-ce que dans une optique de conservation, de pérennité du travail, et de consultation aisée. L’édition électronique complète l’édition papier plus qu’elle ne l’annule. Elle permet des corrections  et adjonctions instantanées, favorise le travail en équipe et autorise donc des travaux plus lourds.

De même, doit-on éditer un cartulaire tel quel, comme une unité intellectuellement cohérente, ou bien comme un élément indissociable du chartrier lorsque celui-ci est conservé ? La deuxième option a eu la faveur des intervenants. Quant à l’importance de la matérialité manuscrite du cartulaire, qui fait sens mais qui n’est pas facile à respecter pour l’éditeur, elle a maintes fois été rappelée.

En ce qui concerne la périodisation du « passage » au cartulaire en Normandie, c’est à la fin du XIIe siècle, après une explosion du nombre d’actes écrits vers 1130-1140, que beaucoup d’abbayes ont pensé à réunir leurs chartes dans un registre, et au XIIIe siècle la plupart des grandes abbayes normandes se sont dotées d’un cartulaire. Puis il y eut de nouveau un pic au XVe siècle, dont les raisons précises restent à approfondir. Beaucoup d’abbayes semblent s’être dotées d’un cartulaire après une période difficile ou dans un contexte de patrimoine menacé. Il s’agirait alors dans ce cas de « cartulaires de reconquête ». Mais la question du « passage »  ou non au cartulaire mériterait d’être approfondie.

Par ailleurs, quelques comparaisons avec l’Angleterre furent esquissées. Ainsi, l’abbaye de la Trinité de Caen semble avoir suivi les pratiques gestionnaires d’outre Manche, car l’Angleterre était plus en avance que le continent de ce point de vue.

Le colloque fut également l’occasion de montrer comme l’« archéologie documentaire » (codicologie, paléographie…) pouvait se révéler fructueuse, ainsi à propos du cartulaire de l’abbaye Saint-Étienne de Caen. Une étude codicologique approfondie  a révélé une facette de la personnalité des différents scribes… L’un est plus enclin à l’historiographie, l’autre à l’archivage systématique de tous les documents.

Il est en outre à noter  que l’une des particularités normandes dans le domaine des cartulaires semble être le classement alphabétique adopté par certains. Mais ce domaine reste largement à défricher. Des mises en série et études comparatives pourraient se révéler fort utiles.

L’importance des cartulaires modernes ainsi que des copies d’érudits aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles a aussi été soulignée, et un bel hommage a été rendu à M. de Gerville, M. Surville, l’abbé Blin, l’abbé de la Rue, Léchaudé d’Anisy et bien d’autres encore. C’est grâce à eux et à leurs copies qu’ont pu être reconstitués certains cartulaires, perdus ou bien détruits à Saint-Lô en 1944. C’est ainsi le cas du cartulaire B du chapitre cathédral de Coutances, miraculeusement  ressuscité.

La thématique actuelle de la « spatialisation », de la construction territoriale du diocèse trouva pleinement sa place dans ce colloque avec, par exemple, l’étude des actes des évêques d’Évreux. Ces derniers usèrent ainsi de la sacralité de l’écrit pour réaffirmer leur autorité dans certaines parties du diocèse. De même, nous avons pu constater que la notion de memoria est encore à la mode. Cependant il conviendrait de se demander à qui le cartulaire pouvait rappeler la mémoire, le prestige des terres, des moines… d’une abbaye, c’est-à-dire d’approfondir l’usage qu’on en faisait : était-il facilement accessible ? Combien de personnes pouvaient le consulter ? Quand exactement y avait-on recours ?

La question des mises à jour des cartulaires, de leur actualisation serait aussi à approfondir. Quand sont-ils périmés ? Quand les remplace-t-on? (lorsqu’ils peuvent mener à un immobilisme dangereux ?…).  De même, de nombreuses communications ont évoqué les pancartes, ces grandes feuilles de parchemin où étaient transcrits à la suite les droits sur un ensemble de donations géographiquement groupées. Ces pancartes, tentatives de fusion d’éléments multiples, nombreuses dans l’ouest de la France, sont encore à explorer.

Quant aux cartulaires de  laïques, ils furent les grands absents de ce colloque (qui s’est essentiellement attaché aux cartulaires médiévaux « classiques », ceux des abbayes et des chapitres cathédraux). Quelques allusions seulement. Peut-être aurait-il été fructueux de s’intéresser aux cartulaires de seigneurs laïcs, de communes…, aux cartulaires de l’université de Caen, à ceux des ordres militaires…. Malgré tout les cartulaires de léproseries, ces institutions si particulières, trouvèrent leur place dans ce colloque. Par ailleurs, dans l’exposition de cartulaires organisée pour l’occasion par les archives des trois départements de la région Basse-Normandie, figuraient le cartulaire de Guillaume Osber, seigneur de Tesson, rédigé sans doute dans le deuxième tiers du XVe siècle, ainsi que d’autres cartulaires laïcs. Par ailleurs, l’expression « cartulaires normands » aurait peut-être pu englober les cartulaires produits dans les royaumes, duchés et autres territoires « normands » méditerranéens, afin d’étudier l’« exportation », ou non, de ce genre documentaire.

De même, on aurait pu davantage affiner la typologie des cartulaires au cours de ce colloque, qui a cependant bien montré la diversité des supports (rouleaux, codices…), des formats des cartulaires normands. Le passage au français, souvent après une phase de bilinguisme, serait aussi à approfondir. On peut également  s’étonner que la Normandie orientale ait été beaucoup moins évoquée que sa voisine occidentale,  alors que les diocèses de Rouen et d’Évreux, à eux deux, ont vu fleurir près de la moitié des cartulaires normands. Il est cependant à noter que ce colloque fut  l’occasion d’une ouverture vers d’autres régions, initiatives… (Bourgogne, Nord de la France…). Ainsi, dans le Nord, après quatre siècles d’éditions de textes, il reste beaucoup à faire, et parfois même à refaire. Le colloque fut l’occasion d’une prise de conscience  du poids de l’historiographie sur les pratiques des historiens et éditeurs actuels. En Bourgogne enfin, l’importance de la faculté de droit de Dijon au début du XXe siècle a été mise en avant. De même, dans cette région, on a constaté qu’il n’y avait pas de production  historiographique immédiate à partir des actes récemment édités.<

En guise de conclusion, on peut rappeler la définition du cartulaire que donne le manuel de Diplomatique médiévale, d’Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke et Benoît-Michel Tock (1993) : « On désigne du mot cartulaire (liber c(h)artarum, c(h)artularium, codex aureus, etc.) toute transcription organisée (sélective ou exhaustive) de documents diplomatiques, réalisée par le détenteur de ceux-ci ou pour son compte, afin d’en assurer la conservation et d’en faciliter la consultation (on le distingue du recueil de chartes, établi par un érudit, ancien ou moderne et non pas par l’intéressé lui-même à l’aide de ses propres documents). » Cette définition apparaît toujours valable seize ans après et présente l’avantage de couvrir les différents types de cartulaires. Malgré tout,  au regard de certaines communications, certains cartulaires n’y correspondent pas tout à fait, aucune logique dans leur contenu n’apparaissant clairement au chercheur, à l’éditeur… On cherche parfois en vain l’organisation interne de certains cartulaires.

Ce colloque fut donc l’occasion d’un bilan, tout comme les cartulaires l’étaient au Moyen Âge pour le temporel, les divers droits des abbayes. Nous pouvons en retenir que la fascination pour les cartulaires est intacte, mais qu’il ne faut pas les sacraliser outre mesure, car ils sont souvent des réécritures (voir la fausse bulle de Jean XIII autorisant les moines à élire leur abbé, dans le cartulaire du Mont Saint-Michel). Il faut avant tout accorder de l’importance à la charte, à l’original.
Les actes de cette table ronde feront l’objet d’une publication dans la revue électronique Tabularia, Sources écrites de la Normandie médiévale, courant 2009-2010.

Michaël Bloche
Élève à l’École nationale des chartes

Ce résumé a été publié également sur Tabularia.



Citer ce billet
gdrdiplo (2009, 13 mai). Compte rendu de la table ronde sur les cartulaires normands organisée à Caen les 3 et 4 avril 2009. De rebus diplomaticis. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nwil