Soutenance de thèse de Jean-Charles Bédague : compte rendu

Le 5 décembre 2014, Jean-Charles Bédague a soutenu sa thèse de doctorat de l’École pratique des Hautes Études, avec un mémoire intitulé « Ecclesia alterius conditionis. La collégiale Notre-Dame de Saint-Omer jusqu’à la fin du XIIIe siècle : histoire et archives », devant un jury constitué d’Olivier Guyotjeannin (École nationale des chartes), Thérèse de Hemptinne (université de Gand, présidente du jury), Brigitte Meijns (université de Louvain/KUL, rapporteur), Laurent Morelle (EPHE, directeur de thèse) et Benoît-Michel Tock (université de Strasbourg, rapporteur).

 

Comme il est d’usage, le candidat a présenté ses travaux en une vingtaine de minutes. Il a tout d’abord souligné la confluence d’une historiographie qui avait montré l’originalité et l’intérêt du cas audomarois avec une situation documentaire très favorable, un fonds d’archives abondant et encore peu exploité. C’est la construction de l’établissement qui a servi de principe structurant aux travaux, aboutissant en un plan mêlant approches chronologiques et thématiques dans un premier volume d’étude, le second étant consacré aux archives de la collégiale et à l’édition d’un certain nombre de ses actes. La première partie de ce premier volume explore ainsi la naissance et l’affirmation de la communauté, depuis sa naissance dans le contexte de la réforme carolingienne jusqu’à la réforme que l’on nomme « grégorienne ». L’on y suit Saint-Omer et ses liens avec Saint-Bertin depuis la fondation, en passant par la réforme de Gérard de Brogne et la tutelle du comte de Flandre, jusqu’à un XIe siècle où Saint-Omer s’éloigne définitivement de Saint-Bertin, tant sur le plan institutionnel que sur celui de la mémoire autonome que se construisent les chanoines.

La deuxième partie s’intéresse à l’institution canoniale qu’est devenue Saint-Omer pendant le Moyen Âge central et à son poids, tant du point de vue d’un riche temporel dont la constitution est pour l’essentiel acquise au XIIe siècle que de celui des relations institutionnelles doubles entretenues avec le comte de Flandre, d’une part, et la papauté, d’autre part, ce dernier lien devenant exclusif au XIIIe siècle, au moment où le comte perd ses prérogatives sur la collégiale.

La troisième partie, intitulée « acquis et mutations », brosse le tableau du devenir de Saint-Omer et de ses chanoines jusqu’à la fin du XIIIe siècle. Les sources commencent alors à révéler aussi la vie interne du chapitre, et notamment des bouleversements réformateurs menant, par exemple, à un renouvellement de l’autorité du prévôt sur les chanoines, à un recrutement de plus en plus « italien » et à un isolement croissant de la collégiale par rapport à la ville de Saint-Omer et aux autorités du comte et de l’évêque.

Jean-Charles Bédague a évoqué en conclusion quelques pistes de recherche ultérieures : temporel et archives à partir du XIIIe siècle, production manuscrite de manière générale, construction et architecture de l’église, ou encore comparaisons avec d’autres institutions semblables.

 

Dans son intervention qui a immédiatement suivi, Laurent Morelle, directeur de thèse du candidat, a tout d’abord brossé le portrait d’un doctorant déjà pleinement inséré dans les structures de la recherche, participant à divers comités de lecture ou de rédaction, auteur de plusieurs articles et enseignant déjà expérimenté. Il a ensuite souligné l’ampleur du travail, un volume de 500 pages sur l’histoire de la collégiale, un volume d’un millier de pages sur ses archives comprenant l’édition de 300 actes. La thèse, de très grande qualité, témoigne de la grande familiarité de l’auteur avec son sujet et ses sources, d’une grande maîtrise dans l’écriture de l’histoire, ainsi que d’une virtuosité certaine dans l’édition de textes.

Brigitte Meijns, prenant ensuite la parole, a elle aussi souligné les grandes qualités du travail en le remplaçant dans la filiation des études exploratoires d’Arthur Giry. Elle en a notamment souligné les qualités de minutie et de précision, encore une fois tant dans les parties historiques que dans l’édition des textes. Quelques questions furent ensuite posées, concernant notamment le rôle individuel qu’ont pu jouer les chanoines dans la définition de la place de la collégiale dans le cadre diocésain à la fin du XIe siècle, les conséquences pour la ville de Saint-Omer et ses habitants de l’affaiblissement de leurs liens avec cette dernière au cours du XIIIe siècle, les activités culturelles des chanoines, et notamment celles du scriptorium, aux XIIe et XIIIe siècles.

Benoît-Michel Tock a ensuite souligné en liminaire à son propos la dette que les chercheurs avaient d’ores et déjà contractée envers Jean-Charles Bédague. Il est ensuite revenu sur la question des sources, traitée avec talent par un candidat qui a pu là faire jouer à plein sa formation chartiste, souhaitant, comme les orateurs précédents du reste, la publication rapide des parties d’édition de textes, sous forme papier aussi bien qu’électronique. Le découpage chronologique du volume historique lui semble très pertinent. Le propos est toujours précis et argumenté, l’analyse profonde et rigoureuse. Pour une publication, il conviendrait de le compléter d’un chapitre récapitulatif et d’une prosopographie des chanoines.

Olivier Guyotjeannin, après avoir rappelé que les qualités du candidat se repéraient déjà dans sa thèse d’École des chartes, a loué la qualité et la clarté du propos, une présentation formelle soignée à quelques coquilles près et, notamment, une cartographie excellente. Aux qualités déjà remarquées du travail, il ajoutait l’honnêteté du chercheur qui avoue toujours ses impasses, et notait qu’un certain nombre de dossiers effleurés au cours du travail devraient donner lieu à autant d’articles. Il a ensuite particulièrement relevé, au sein des informations données par la thèse, les attestations de structures scolaires, l’étude de la topographie de l’espace canonial, une exploration archivistique rigoureuse et souligné encore la très grande qualité de l’édition des textes, riche de découvertes historiques et linguistiques, à quelques petits détails près qu’il faudra remanier.

Thèrese de Hemptinne a alors conclu la soutenance. Elle aussi a d’abord souligné la qualité et l’érudition des recherches présentées. Elle a fait remarquer que la spécificité de Saint-Omer, fondation précoce née au IXe siècle d’une partition au sein du monastère de Sithiu, justifiait pleinement un traitement particulier, et notamment un arrêt des travaux au xiiie siècle. Elle s’est demandé si l’origine de la documentation ancienne n’aurait pas pu être cernée plus précisément, et est revenue elle aussi sur l’éventuel rôle personnel des membres du chapitre, par exemple dans la réforme soutenue par Grégoire VII. Elle s’est aussi demandé si le rôle « local » de la collégiale, notamment au plan socio-économique, n’aurait pas pu être mieux éclairé, s’interrogeant également sur la nature réelle des liens entre collégiale et ville, en particulier au XIIIe siècle. Elle a conclu son intervention sur des félicitations renouvelées.

À chaque intervention, Jean-Charles Bédague a pu répondre par des compléments ou des mises en perspectives des problèmes posés, et il s’est noué un fructueux dialogue entre lui et le jury. C’est donc sans surprise qu’à l’issue de sa délibération, le jury a déclaré le candidat docteur de l’École pratique des Hautes Études avec la mention « très honorable » et ses félicitations.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.