Mise en page et mise en texte des archives médiévales

L’intérêt croissant que portent les historiens aux écrits depuis une trentaine d’années a permis à des disciplines jusque là considérées comme auxiliaires d’acquérir une nouvelle légitimité, une raison d’être à part entière. La diplomatique, la codicologie, mais aussi, de manière secondaire, la paléographie et l’épigraphie sont de ces disciplines: elles sont ici associées dans un projet de recherche et publication. Ce n’est pas la première fois que les techniques de la codicologie et de la diplomatique sont mises en oeuvre: plusieurs thèses ont déjà commencé à débroussailler le terrain (P. Chastang, P. Beck…).  Mais le dossier codicologique des archives médiévales est à peine entr’ouvert. Si le champ des manuscrits a pour sa part été largement labouré, ce n’est pratiquement pas le cas du maquis des archives. Toute la discipline codicologique s’est constituée par rapport et au travers de l’étude des manuscrits (jusque dans son étymologie, codicologie, étude des codices du point de vue de leur matérialité). C’est évidemment insatisfaisant, il faut oser remettre en question cette discipline aux horizons étriqués –y compris ses prolongements paléographiques voire épigraphiques : les spécialistes d’archéologie du livre sont les premiers à reconnaître que leur vision est faussée, victime de ce choix fait à la base par les premiers codicologues qui ont très vite reconnu leur frustration de n’avoir pas pris en compte le pan documentaire. Outre son projet diplomatique, l’entreprise initiée ici veut donc contribuer à une refondation de la codicologie en l’ouvrant aux documents d’archives.

Mise en page et mise en texte. Outre des enquêtes monographiques nombreuses, des synthèses construisant à coup de notices d’archéologie du livre des bibliothèques entières, des manuels plus ou moins importants (comme celui de J. Lemaire), on se souviendra de la publication remarquée de Mise en page et mise en texte du livre manuscrit [de l’antiquité à la fin du Moyen Âge], dirigé par H.-J. Martin et J. Vezin, en 1990 (et de son équivalent pour la période moderne en 2000, sous la direction d’H.-J. Martin aussi: Mise en page et mise en texte du livre français. La naissance du livre moderne (XIVe au XVIIe siècle) ; puis, par des chercheurs et ingénieurs de l’IRHT, d’un album de manuscrits français au XIIIe s. aux aspirations similaires). Ce dernier ouvrage, Mise en page et mise en texte du livre manuscrit avait pour objectif de rassembler en un seul volume des contributions diverses, courtes et descriptives, autour de points de paléographie et de codicologie particuliers. Il réunissait des compétences multiples, des collaborateurs nombreux et tous spécialistes, chacun s’attelant aux thèmes de sa spécialité. Ceux-ci partaient d’un cas exceptionnel de manuscrit et le développaient du point de vue de l’archéologie du livre en le remettant en contexte (la Bible de saint Louis, le psautier d’Otbert, le plus ancien manuscrit de la République et du Timée de Platon) ; ou bien ils traitaient de thématiques particulières sur lesquels ils se risquaient à une synthèse en deux ou trois pages (la mise en page des évangiles au Moyen-Âge, du canon de la messe, des décrétales, des concordances et index…) ou encore ils abordaient et tentaient une vision d’ensemble rapide de la codicologie d’un genre comme les contes, la poésie lyrique, les traductions… voire encore l’abord de thématiques plus générales, abondamment commentées et illustrées, comme le rapport texte-image, la ponctuation, la coupure et la séparation des mots…  C’est sur ce modèle d’album d’archéologie du livre que le projet suivant est proposé. Sur le modèle, mais en ne le suivant pas servilement: la démarche codicologique appliquée aux documents d’archives trouvera ici nécessairement des déclinaisons neuves par rapport au manuscrit. Il faut poser des questions neuves, tourner le questionnaire de manière à comprendre et prendre nos distances par rapport au lourd héritage archivistique de l’époque moderne et contemporaine, qui a déformé notre vision et notre rapport aux archives médiévales -ainsi le concept de « charte » par rapport aux « registres », ainsi le concept de « cartulaire » par rapport aux « censiers », etc…

Les objectifs de ce projet sont multiples : d’abord pédagogique. Ouvrir la discipline aux étudiants (mais aussi aux collègues), démythifier les documents d’archives. Donner des clés d’entrée différentes, neuves, mais aussi traditionnelles: les archives sont à redécouvrir aussi pour les données textuelles qu’elles contiennent. Ce volume devrait mettre en lumière des documents peu connus et donc peu utilisés. Ensuite méthodologique: la codicologie, on l’a dit, ne doit pas être une discipline figée, au contraire: l’ouverture aux documents d’archives va lui permettre de s’ouvrir à de nouveaux horizons et, peut-être, de remettre en question certains poncifs techniques (sur les écritures, sur les cahiers, par exemple…).  De même, la diplomatique y trouvera aussi de quoi se déployer plus amplement. Enfin scientifique (historique): les études sur les pratiques de l’écrit sont en pleine avancée: il s’agit de profiter de cette lame de fond intellectuelle pour découvrir de nouveaux rivages historiques. En d’autres termes : pour aller « plus loin » dans la connaissance des pratiques de l’écrit médiéval, on ne pourra se dispenser d’enquêtes novatrices de ce genre.

Le questionnaire proposé ici est évidemment partiel et doit être complété au fil des réunions, au fil des collaborations. Il doit servir de simple base de réflexion, pour démarrer.

On peut partir du support même :
– le traitement du parchemin dans les chartes et dans les diplômes, selon les époques et les origines : différences de qualité ?
– les premiers papiers d’archives et leur utilisation plus intensive aux XIVe et XVe s.: où, quand et comment sont-ils mis en oeuvre?

Voire des formes: quelles sont les archives que l’on retrouve sous une forme de « feuille de parchemin » et de rouleau ? et de libellus ? de codex ? Avec évidemment des études plus détaillées par type de document: ainsi les rouleaux, déclinés en censiers, comptes, « cartulaires », rolls d’enregistrement…

On peut partir aussi des écritures et tenter des typologies paléographiques rapides, selon les époques ou les documents : quand apparaît (et disparaît) la textualis dans les chartes, dans les registres de comptes, dans les cartulaire? Où trouve-t-on des capitales au bas Moyen Âge? Quand et où apparaît la cursive? Quelle est la place des écritures de réforme du XVe s.? Et quelles encres, si tant est qu’on puisse les étudier plus finement ic i?

Sans oublier la mise en page : où utilise-t-on des colonnes dans les archives médiévales? Dans les chartes? Quand et comment se développent-elles? Quid de la justification? avec les mêmes questions… L’importance du lay out, la présentation, le format des actes a déjà mise en lumière par Peter Rück : il s’agira de prolonger ses réflexions. Et les réglures: peut-on donner une typologie en trois pages des réglures de chartes et de registres d’archives médiévales: comment sont-elles réalisées et avec quel « marqueur » ‘mine de plomb, pliage, roulette, pointe sêche…) ?

La mise en texte aussi devra être traitée : du brouillon, de la minute à l’enregistrement en passant par le document de présentation et par les expéditions, les différentes « versions » d’un document méritent l’attention qu’elles n’ont jamais eu, de manière exemplaire. On conçoit que des traitement différenciés doivent être faits pour les chartes monastiques, des actes notariés ou des comptes médiévaux… mais la mise en parallèle des différentes techniques sera enrichissante.

Mise en page, mise en texte : quant à l’étude de l’imposition des cahiers d’archives, à la mise en oeuvre de cahiers déjà imposés et pré-reliés ou de codices déjà composés, elle s’impose aussi, en gardant à l’esprit la nécessaire comparaison avec l’exemple des manuscrits « littéraires ».

Dans ce sens, on n’hésitera pas à analyser avec des méthodes dérivées de la codicologie des documents à portée « semi-liturgique » comme des obituaires, ou encore des manuscrits hybrides comprenant à la fois des données d’archives ou des données d’autres genres: historiques, liturgiques… c’est à ce prix qu’on pourra mieux comprendre le statut de « monument » que certains de ces documents peuvent avoir au Moyen Âge (ou plus tardivement).

La présentation en quelques pages illustrées de certains genres ne peut être négligée: on pourrait envisager un traitement de ce genre à propos des notices du XI-XIIe s., des pancartes, des cartulaires, des comptes royaux et/ou pontificaux, des cherches de feux, des rôles de la taille, des polyptyques…

Certaines thématiques plus générales, touchant à la paléographie comme à l’iconographie ou la sigillographie, déjà mises en oeuvre dans l’album « mise en page…», pourront être reprises ici: la ponctuation, les concordances et index, le rapport à l’image. On devra évidemment en ajouter d’autres, à portée parfois plus diplomatique, comme les signes de validation (en ce et y compris les sceaux), les systèmes de classement, les reliures…

A priori, aucune porte n’est fermée. Le cadre est occidental, par facilité ; chronologiquement, il peut couvrir tout le Moyen Âge, très largement (jusqu’au XVIe s. ?). Le plan de l’ouvrage est en devenir, au fil des travaux et des rencontres préparatoires. Le modus operandi prévoit au départ quelques rencontres (au moins trois, probablement plus) durant les trois prochaines années de fonctionnement du GDR : lors de ces réunions, sous la forme de tables rondes ouvertes, les chercheurs intéressés (français ou non) viendront présenter et confronter leurs dossiers monographiques. Il ne s’agit pas d’aborder nécessairement chaque question sur base d’un dépouillement heuristique exhaustif, en d’autres termes: pas besoin d’avoir vu toutes les pancartes pour traiter de la mise en page et de la mise en texte des pancartes médiévales en trois pages illustrées ; pas besoin d’avoir passé en revue sous l’angle de l’archéologie matérielle tous les registres pontificaux médiévaux pour en traiter ici de la sorte ; pourquoi ne pas partir d’un obituaire représentatif pour décrire le genre ? Mais pas question de cloisonner la recherche: l’historien qui voudra aller plus loin et tenter des vues d’ensemble sera le bienvenu. Les différentes rencontres permettront donc à chacun d’arriver avec ses questions, ses remarques, ses dossiers, sa problématique, en présentant les points qu’il voudrait traiter seul ou qu’il propose à la collaboration. De la même façon, c’est au fur et à mesure que les angles d’attaque seront rabotés, précisés: la définition du champ des différentes disciplines (diplomatique, paléographie, codicologie, sigillographie…), mais aussi la typologie documentaire elle-même. Dans trois ans, l’album mis en chantier sera publié, doté de nombreuses illustrations, sous la houlette du GDR.

La première réunion aura lieu en avril-mai-juin 2009. Chaque chercheur intéressé est prié de se signaler au responsable du projet, P. Bertrand, via les commentaires ci-dessous, via l’adresse email de ce site ou via l’adresse email de Paul Bertrand (paul [point] bertrand [arobase] cnrs-orleans [point] fr ). Nul besoin d’avoir déjà un dossier à présenter ou de savoir précisément sur quoi vous voulez travailler pour participer à ces réunions. Mais si vous avez un dossier qui puisse servir de base de départ ou que vous avez quelques idées de départ, tout sera bienvenu. Thésards comme chercheurs confirmés sont invités à participer sur le même plan. Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à vous manifester avant le 11 décembre 2008, même si vous n’avez pas de titre ou d’objet précis. Il sera encore possible d’envoyer des propositions de participation à la première séance de travail après cette date, mais une marque d’intérêt de votre part, associée à l’identification d’un éventuel champ de travail que vous voudriez aborder, sera bienvenue avant le terme précisé.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.