L’écrit diplomatique en mouvement: la circulation de l’acte médiéval (VIIe-XVe s.)

Journée d’études du 27 mars 2009, organisée par le GDR 3177 « Diplomatique » (CNRS), coordination : Laurent Morelle (EPHE)

Depuis quelques lustres, les travaux sur la mémoire archivistique se sont multipliés de façon impressionnante. Courtisés dans leurs splendeurs et leurs misères, chartriers, inventaires, cartulaires et autres outils de gestion ont aiguillonné les médiévistes de toute obédience et renouvelé en profondeur notre connaissance des pratiques de l’écrit médiéval et de la scripturalité médiévale.

Mais la vie recluse n’est pas toute la vie des chartes. Elles sortent de leur chartrier (ou passent d’un chartrier à un autre), sont exhibées en plaid ou en chancellerie, pour servir de preuves et justifier leur confirmation auprès d’une autorité, laïque ou ecclésiastique, proche ou lointaine. Il arrive même que la mobilité soit inscrite dans leur finalité dispositive: certains actes sont comme destinés à prendre la route, parce qu’ils consignent un droit ou une exemption qui nécessite – du moins à nos yeux – la production de l’acte sur place. Et c’est parfois la confection même de l’acte qui se fait par étapes, dans des lieux et des moments différents.

C’est cette « circulation » de l’acte écrit que la rencontre voudrait étudier, en ses diverses facettes et implications, à partir d’exemples contextualisés et de questionnements suscités par les sources et leur matérialité même. La réflexion pourrait s’engager suivant trois directions principales :

1) La première a pour objet ce qu’on pourrait appeler la « genèse ambulatoire » de l’acte. Dans le sillage des travaux portant sur la « Privilegierung » médiévale, la « mise en scène » de l’acte ou les « cérémonies diplomatiques », on voudrait explorer le phénomène de confection « stationale » de l’acte en la diversité des témoignages à notre disposition, depuis le récit circonstancié jusqu’aux traces matérielles (changements d’encre ou de main), en passant par les indices textuels explicites dans l’acte même (dates multiples, annonces de déplacement). La rhétorique diplomatique peut voiler les conditions concrètes de la validation de l’acte (réunions fictives ou délibérément grossies) : c’est parfois l’acte qui court après les souscripteurs, alors qu’il donne l’impression de les attirer à lui. Ce premier volet de l’enquête s’intéressera également aux actes pré-validés, qu’il s’agisse de « blancs » de chancellerie ou d’actes simplement complétés hors chancellerie. Les documents commerciaux à confection par étape entrent naturellement dans le champ d’étude.

2) On s’interrogera aussi sur l’itinérance de l’acte (ou des archives) à travers ses modalités concrètes, ses implications et aussi la perception qu’en ont les usagers de l’écrit. Sans faire dériver le thème central de l’étude vers les « usages » de l’acte, on observera les motifs de déplacement des actes et lettres d’administration aussi bien que les procédures de leur transmission, sans écarter les phénomènes de circulation documentaire « interne » aux institutions multipolaires et hiérarchisées (abbaye et prieurés par exemple). Les aspects matériels du déplacement méritent aussi l’intérêt : qui sont les messagers-porteurs, comment voyagent les documents et comment sont-ils protégés, peut-on mettre en relation le format du document ou sa nature avec son déplacement prévu ou envisagé, quelles traces le document garde-t-il de ses déplacements ? Une attention spéciale pourra être portée aux formes prises par ces actes : circulent-ils sous leur forme originale, en copie isolée ou au sein de compilations (cartulaires-dossiers) ? On sait que les déplacements mettent en danger les documents. Comment ce risque est-il « géré », quelles ripostes juridico-diplomatiques lui sont opposées, au fil de l’évolution de l’acte médiéval (notamment avec l’invasion de l’acte scellé au XIIe siècle), pour tout à la fois assurer les déplacements d’actes et réduire les risques encourus ? On examinera ici le rôle des copies en général, et le développement des copies à valeur d’original (exemplaires multiples, vidimus). On pourra se demander si le discours sur le péril de route est constant, s’il ne donne pas la mesure d’une sensibilité à l’écrit diplomatique, à ce qui fait prix en lui.

3) Enfin, on n’oubliera pas l’acte à vocation itinérante. On a évoqué plus haut les privilèges commerciaux, droits de réquisition ou exemptions de taxe de passage. On aura aussi à l’esprit les lettres de circulation et les sauf-conduits, ainsi que les lettres de recommandation.

La « circulation de l’acte écrit » sera le premier volet d’un triptyque dont les deux autres pans seront plus spécialement dévolus à la « circulation des modèles et formules » (au sens de techniques et solutions rédactionnelles) et à l’objet « formulaire ».

La rencontre du 27 mars 2009 prendra la forme d’un atelier. Les interventions prendront appui sur des documents isolés ou des dossiers de textes ou d’images. Afin de permettre une discussion plus féconde, les pièces justificatives seront distribuées à l’avance aux participants. Les suggestions de contribution sont espérées pour le 8 décembre 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.