Compte rendu : journée Écrits et dépendances monastiques

Mercredi 30 septembre s’est tenue à Poitiers une journée d’études organisée par Claire Lamy et Jean-Baptiste Renault, autour de la thématique de la production, de la conservation des documents écrits dans les établissements dépendants, et de la circulation des écrits entre ces établissements et leur maison-mère. En voici un bref compte rendu, rédigé par les organisateurs et Sébastien Barret.

L’introduction à deux voix a été l’occasion de préciser les orientations et questionnements possibles autour des trois axes de la journée. Ces derniers sont nés à l’occasion d’un colloque nancéien organisé par Jean-Baptiste Renault et Timothy Salemme ; dès l’abord, il avait semblé que le monachisme bénédictin fournirait un terrain propice. En son sein, le statut des dépendances à l’intérieur de différent ensembles est extrêmement varié, tant dans leur taille que dans leur rôle ou leur éventuelle définition juridique. Pour les besoins de la problématique ici abordée, tous les établissements détachés seront considérés, tant d’hommes que de femmes ; et leurs différences considérées sous l’angle du rapport à l’écrit, et de la manière dont leurs caractéristiques peuvent influer l’usage de ce dernier. C’est un terrain relativement neuf, à considérer sur l’arrière-plan du renouvellement des recherches sur l’écrit de ces dernières années.

La quête des écrits est donc ouverte. L’on pense tout d’abord à l’écrit diplomatique et à son explosion aux xiie-xiiie siècles, mais les autres formes d’écritures ne doivent pas être négligées. Outre qu’il s’agit là d’une bonne grille pour l’analyse des réseaux et institutions monastiques, la question doit aussi être prise au niveau local, celui de l’établissement dépendant en et pour lui-même. Il faudrait suivra la piste des productions propres à ces établissements et contrôlée par eux, et prendre la mesure de leur éventuelle autonomie, notamment à la fin du Moyen Âge. La mesure des dépendances entre centre et périphérie peut sans doute être prise, autre autres, au moyen d’une étude serrée des formulaires d’actes ; l’on peut aussi se demande s’il existerait des types d’écrits qui seraient particuliers aux dépendances (dans le domaine des pancartes, par exemple).

La question se pose aussi dans le domaine de la conservation de l’écrit, éventuellement par type : certain genres d’écrits ne se rencontrent-ils pas, ou au contraire que, dans les prieurés et dépendances ? Des exemples scolaires ou liturgiques montrent que l’écrit pouvait être adapté ou spécifique dans ces établissements. Il faudrait donc analyser la situation pour les textes diplomatiques, au moyen notamment des mentions dorsales. Cela implique des efforts de reconstitution d’autant plus délicats qu’ils devront passer par-dessus des reconstitutions artificielles qui ont pu être faites, à l’époque moderne notamment.

D’autres sujets doivent être abordés : des projets de cartulaires qui peuvent être l’expression d’une indépendance ou d’une revendication, la circulation des hommes et des modèles, les relations entre les maisons à différents niveaux. Cela implique également de s’intéresser aux tentatives d’organisation centralisée, ou à la circulation des écrits pontificaux.

Noëlle Deflou-Leca a pris la parole la première sur le thème de « l’écrit dans les dépendances monastiques : première enquête sur la situation en Bourgogne ». Partant du cas de Saint-Germain d’Auxerre et de ses 18 dépendances fondées entre le Xe et le XIIe siècle, elle a souligné qu’aucune dépendance n’a conservé de fonds propres. Quatre ont eu un cartulaire d’époque moderne, à partir desquels elle tente de déterminer l’origine des documents transcrits et s’ils reflétaient un fonds de dépendance. Les documents médiévaux conservés attestent, sur cette question de la mise en forme et de la réception des écrits une faible importance du prieur et de la communauté du prieuré : la procédure semble passer systématiquement par l’abbé de Saint-Germain. Et même quand l’initiative d’une action juridique revient au prieur, l’écrit est généralement dressé par une autre juridiction, bailli ou official. NDL a ensuite élargi l’étude sur les cartulaires de dépendances à toute la Bourgogne, à partir de la base cartulR et de la base de recensement des cartulaires bourguignons établie par Isabelle Rosé. Il est apparu que très peu de dépendances bénédictines avaient un cartulaire : 28 ont été conservés pour les époques médiévales et modernes, dont 20 pour la seule époque moderne. Parmi les producteurs, NDL observe que les cartulaires antérieurs au XIIIe siècle concernent des établissements liés à Cluny, tandis que postérieurement, il y a une plus grande diversité des réseaux monastique de producteurs. Le XVe siècle constitue également un pic dans la production des cartulaires de dépendances. Enfin, dans un troisième temps, NDL propose une étude de cas sur le cartulaire de Saint-Étienne de Vignory, dépendance de l’abbaye de Saint-Bénigne de Dijon, dont le cartulaire a été rédigé en 1380. Communauté de chanoines cédée dès le milieu du XIe siècle à Saint-Bénigne, elle reste une dépendance monastique jusqu’à la Révolution. Le cartulaire a été rédigé par Eudes Griffon (prieur ) et s’organise en deux parties : une sorte de rentier organisé géographiquement, suivi de la transcription de 51 actes des années 1050 à 1374, le tout transcrit par une main homogène. La conservation de quelques originaux, ainsi que certaines notes marginales permettent de suggérer que les documents originaux étaient conservés à l’abbaye-mère et que le cartulaire a probablement circulé entre la dépendance et la maison-mère. Le contenu des actes montre, là encore, que les frères et le prieur y sont peu présents, toutefois, certains d’entre eux manifestent que les actions juridiques étaient au moins partiellement conclues sur place, avec un rituel de circulation de l’écrit entre le château de Vignory et le monastère. La communication dense de NDL a notamment souligné toute l’importance de l’exploitation des cartulaires médiévaux et modernes dans l’analyse des fonds des dépendances.

Jean-Baptiste-Renault est ensuite intervenu sur « l’écrit dans les dépendances de Saint-Victor de Marseille (XIe-déb. XIIe siècle) ». Il commence par poser les grandes lignes de la constitution du réseau de dépendances victorin, dont l’expansion hors de Provence commence vraiment à partir de 1060, sous les abbatiats de Durand, Bernard puis Richard. Dans un premier temps JBR étudie la question de la production des écrits dans les dépendances, prenant appui sur le formulaire en usage et sur la mention de date de lieu. Il essaie ainsi de déterminer l’existence d’une micro-géographie de formules correspondant soit à une production de dépendance, soit à la reprise de formules d’actes de dépendances réutilisées dans le cadre d’une production à Marseille. Dans certains cas, assez rares, des dépendances victorines empruntent des formulaires d’établissements extérieurs. Enfin, le libellé des souscriptions de scribes semblent indiquer que certains scribes étaient peut-être envoyés en mission par l’abbé dans les dépendances. Mais à partir de 1060, les écrits semblent être rassemblés à Saint-Victor et les formes victorines s’imposer, cultivant ainsi une « identité victorine ».

Du côté de la conservation, les informations portent sur les livres conservés dans les dépendances grâce à huit inventaires de livres. D’autres informations concernent la documentation diplomatique : ainsi le cas des abbayes rattachées à Saint-Victor tiennent une place à part et certaines peuvent être amenées à conserver leurs écrits. Enfin, JBR s’appuie sur les écrits de compilations (cartulaires et pancartes) pour proposer une reconstitution des fonds de dépendance ou bien le rôle de relais que jouent certaines dépendances. Plusieurs exemples sont passés en revue : Forcalquier, Roumanou, Sant Miquel. Le troisième temps est consacré aux mentions de circulation des écrits entre Saint-Victor et ses dépendances : copies de documents centraux dans les dépendances, transferts archivistiques à l’occasion de conflits (comme dans le cas de Sant Joan de les Abadesses et de Ripoll), rare dossier de lettres de moines des XIe-XIIe siècles évoquant la circulation des religieux et des écrits. En somme, la communication montre à la fois la prise en main de l’écrit par des dépendances que la volonté de centralisation de l’abbaye. Le problème majeur demeure la datation des différents transferts archivistiques qui devra être encore étudiée.

Claire Lamy a abordé le cas de Marmoutier et de ses dépendances. Elle commence par poser la question de savoir dans quelle mesure il est possible d’établir qu’il y a eu une production écrite de dépendances. Le cas de Chemillé dans les Mauges permet de mettre en évidence plusieurs indices d’une production « locale » : La mention du saint de la dépendance à côté – voire à la place – de saint Martin ; l’existence d’un formulaire propre à la dépendance (dans la décennie 1070-1080 des formules de Marmoutier sont reprises et adaptées à Chemillé) ; l’existence d’actes intitulés au nom du prieur (dans le deuxième quart du XIIe siècle) ; la présence d’un scribe associé à la dépendance (le scribe Giraud est repéré à la fin du XIIe siècle) ; la rédaction d’un cartulaire de dépendance au milieu du XIIIe siècle. Ces indices s’ajoutent les uns aux autres mais ne sont pas nécessairement concomitants. Si une production écrite de dépendance est attestée, qu’en est-il de la conservation sur place des écrits ? Elle est difficile à affirmer et cela nécessite de connaitre la politique de conservation de l’abbaye-mère, laquelle semble avoir, au tournant des XIIe et XIIIe siècle, trié et peut-être rassemblé la documentation produite dans son réseau. D’autres dépendances que celle de Chemillé ont-elles aussi pu produire leurs écrits et éventuellement les conserver ? Quelques établissements se distinguent, tels Chamars, Fontaines-en-Talmondais, Lavardin, Josselin, Vivoin, Bellême. Mais les indices sont très ponctuels, que ce soit une mention directe de production « locale comme pour le cas de Donges, une écriture (style ou graphie) plus archaïque, la pratique des continuations/actualisations de notices certaines constituant des pancartes de prieurés, des écrits plus informels que ceux produits dans le scriptorium de Marmoutier. Le XIIIe siècle parait constituer un tournant dans l’administration des biens et les dépendances disposer d’un peu plus d’autonomie, comme le montre la production de documents par les autorités locales, adressées directement au prieuré sans avoir systématiquement de mention de l’abbaye. En revanche, pour les XIe-XIIIe siècles, il semble bien que l’abbaye conserve une emprise assez forte sur ses dépendances – un constat face auquel, souligne l’auteur, il convient de rester prudent et nuancé, tant l’information est ponctuelle.

Paul-Henri Lecuyer a proposé une étude de cas sur la dépendance de l’abbaye de Saint-Florent de Saumur, Saint-Gondon, entre 866 et 1172, en présentant le dossier documentaire très spécifique de cet établissement cédé par Charles le Chauve au Montglonne à la fin du IXe siècle. Il présente successivement les documents conservés (originaux et copies contemporaines : pancarte, exemplaires multiples du privilège de Pascal II confirmant la possession de Saint-Gondon aux moines de Saint-Florent) soit une vingtaine de pièces dont la majeure partie est produite entre 1090 et 1110, puis les notes dorsales qui lui permettent de  supposer dès le XIe siècle une conservation des écrits à Saint-Gondon. La comparaison des originaux relatifs à Saint-Gondon avec les quatre cartulaires de Saint-Florent montre par exemple qu’aucun acte d’une pancarte rassemblant 13 unités documentaires ne se retrouve dans les cartulaires. Il analyse ensuite la manière avec laquelle la dépendance est désignée, quels sont les bienfaiteurs, l’objet des actes et enfin souligne l’importance du conflit entre Saint-Florent et Vierzon pour la possession de Saint-Gondon, où il apparait que jamais le prieur n’apparaît. Aussi bien la production que la conservation et la circulation des actes apparaissent difficiles à déterminer ; l’hypothèse d’un archivage centralisé à la maison-mère, mais de la production d’acte à Saint-Gondon, peut être avancée avant des travaux plus approfondis.

Albane Schrimpf présente une série de registres d’enquêtes et inventaires de biens de cinq prévôtés dépendantes du Mont-Cassin, trois situées dans la Terra Sancti Benedicti (S. Angelo de Valleluce avec un registre du XIIIe siècle, Fortunula dont le registre date de 1273, S. Maria de Albaneta dont le registre date de 1257 ou 1277) et deux situées à l’extérieur (San Pietro de Avanella dont le registre remonte à 1271, San Liberatore alla Maiella avec un registre du XIIIe siècle). La communication suit les trois questions de la production, la conservation et la circulation des écrits que sont ces registres.

Pour la production des registres, AS détermine que les enquêtes sont commanditées par l’abbé du Mont-Cassin et exécutées par le prévôt ou bien par un notaire public. La production est locale mais faite sur ordre de l’abbaye centrale. Les mentions marginales montrent que des compléments ont parfois été apportés ultérieurement sur certains des registres (Fortunula, Valleluce). Le lieu de conservation n’est pas clairement identifiable : si la commande de l’enquête émane de l’abbaye, la conservation n’y a pas forcément été assurée, notamment lorsqu’aucune mise à jour a été apportée. Pour autant, la présence de mises à jour n’est pas non plus une garantie de conservation à la prévôté. Reste la troisième question, celle de l’éventuelle circulation d’un modèle d’enquête pour ces registres. L’étude comparée de la structure de chacun des registres, puis leur comparaison avec les enquêtes menées au Mont-Cassin par l’abbé Bernard puis son successeur l’abbé Thomas montrent d’une part que les conditions de réalisation des registres étaient différentes et que l’organisation interne n’a pas toujours été pensée à l’avance. Par contre, AS relève des traits communs avec les registres produits dans l’abbaye, sous l’abbatiat de Thomas, c’est-à-dire postérieurement à la confection des registres des prévôtés, ce qui serait le signe d’une influence de la pratique des dépendances sur celle de l’abbaye.

Enfin, Saul Gomes, spécialiste des chanoines réguliers, a présenté la situation des établissements bénédictins portugais, où le système des dépendances abbatiales est encore mal connu. Les monastères bénédictins sont avant tout implantés dans le Nord du Portugal, dans les diocèses de Braga et de Porto, et ne sont pas structurés en congrégations monastiques comme ils peuvent l’être ailleurs. À la fin du XVe siècle, il reste 58 établissements, soit après une série de transferts des établissements à d’autres ordres, soit par dissolution après le XIIIe siècle. Jusqu’au début du XIIe siècle, la documentation portugaise a été éditée de façon exhaustive et 90 % de celle-ci émane des établissements bénédictins. Parmi les établissements les plus importants, il faut compter Paço de Sousa et Leça da Vacariça ; pour le premier les archives sont désignées dès 994 par le terme kartarium tandis que pour le second, une mention de 1013 renvoie in nostras cartas et in nostros inventarios.

La chronologie des fondations (1 établissement au IXe siècle, 5 au Xe siècle, 23 au XIe siècle, 16 au XIIe siècle) et l’évolution ultérieure des établissements montrent que si les fondations étaient assez petites au départ, certaines, comme Paço de Sousa ont connu une forte croissance, ce dernier devenant le centre historiographique du royaume. L’implantation clunisienne est quasiment nulle (un seul établissement donné à Cluny en 1127) alors que l’implantation cistercienne a été plus vigoureuse, absorbant notamment des monastères bénédictins.

Malgré les travaux du professeur Mattoso, les questions de la culture écrite des monastères bénédictins et de leurs archives a été très peu étudiée. Des cartulaires ont été rédigés et pour certains édités, comme, tout récemment, celui de Paço de Sousa.

Les établissements de femmes sont placés étroitement sous la dépendance des évêques. Et de façon générale, il y a une forte tutelle des évêques sur les établissements portugais.

Puis, présentant le cas des chanoines réguliers de Sainte-Croix de Coimbra et de ses archives, il propose un certain nombre de pistes pour approcher la question des écrits dans les dépendances et surtout de l’organisation institutionnelle. En particulier, SG rapporte le cas de l’obituaire de Sainte-Croix qui renferme par ailleurs des mentions d’administration du domaine, en plus de mentions de célébration d’autres communautés, dont il importe de vérifier le statut. De manière générale, ces témoignages illustrent une véritable capacité d’organisation archivistique dès le XIIe siècle.

Comparativement, la documentation issue des établissements bénédictins est moins connue. L’administration des domaines des établissements bénédictins portugais, et de ce fait, celles des écrits dans les dépendances constitue un chantier prometteur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *