Les cartulaires normands : bilan et perspectives de recherches

Les cartulaires normands : bilan et perspectives de recherches. Table ronde organisée par le Centre Michel de Boüard, Caen, 3-4 avril 2009 (resp. P. Bauduin)

À l’approche du vingtième anniversaire de la table ronde sur les cartulaires tenue à l’École nationale des Chartes en 1991 il est apparu opportun d’esquisser un bilan des recherches entreprises dans ce domaine sur les cartulaires normands, en offrant également des perspectives de comparaison avec d’autres régions. Ces dernières années ont vu en effet la publication de plusieurs recueils venus combler en partie les lacunes criantes de l’édition de textes diplomatiques normands : à l’édition d’une partie des actes du cartulaire de la Trinité de Caen (1994) se sont ajoutées récemment les publications du Cartulaire du chapitre cathédral de Coutances (2003), du Cartulaire de l’abbaye de Saint-Pierre de Préaux (2004), du Grand cartulaire de Saint-Pierre de Conches (2005), de la partie la plus ancienne du cartulaire du Mont-Saint-Michel (2006). Cet effort éditorial sans précédent s’est accompagné d’un renouvellement des problématiques scientifiques sur les cartulaires, alors que les technologies numériques au service de la recherche et/ou de l’édition et les outils récemment élaborés ont dans le même temps considérablement modifié le travail des chercheurs. Il s’agira de poser les bases d’une réflexion sur les cartulaires normands en vue d’une utilisation de ce corpus et de son exploitation par les chercheurs. La journée sera également l’occasion de faire le point sur les travaux éditoriaux en cours, recueils demeurés inédits (actes des évêques d’Evreux, Saint-Nicolas d’Evreux) ou cartulaires en cours d’étude (Saint-Etienne de Caen, Saint-Evroult, cartulaire du Mont-Saint-Michel dans son intégralité, l’Estrée, Saint-Martin de Sées, cartulaires des léproseries normandes).

Plusieurs aspects seront ici abordés.

Quels sont les rapports entre les actes originaux encore conservés et les copies enregistrées dans les cartulaires ? La relation entre le cartulaire et le chartrier est l’une des questions les plus débattue et introduit les spécialistes dans une histoire des archives. L’élaboration du genre est lui-même l’objet d’interrogations.

Quels sont les liens entre les pancartes et les grandes chartes de confirmation des établissements et les cartulaires ?

Les étapes précédant le cartulaire proprement dit (ex. recueil primitif sous la forme d’un rouleau) nécessitent d’être précisées. Quand passe-t-on au cartulaire ; le fait-on nécessairement et dans quel contexte ? Les fonctionnalités du cartulaire seront explorées, selon qu’il apparaît comme registre destiné à préserver les documents d’un fonds en mauvais état, comme un instrument de gestion du patrimoine et des droits, et/ou comme  un texte destiné à transmettre memoria d’une institution ou d’une famille. Quels usages sont faits du cartulaire, par exemple en justice ? Si l’on admet qu’il faut envisager une typologie des cartulaires, dans quelle mesure la province de Rouen se singularise-t-elle ?

Le cartulaire peut être envisagé comme un « document-monument » qui rassemble en un volume unique les droits, les lieux, les personnes relatifs à une institution. Le soin apporté à la mise en page et à la copie, l’insertion d’images sont autant d’indices de cette fonction de prestige et à la valeur mémorielle qu’on apporte au cartulaire. De ce point de vue il est nécessaire de relier le cartulaire non seulement aux documents de la pratique, mais aussi aux autres pièces de la production écrite du scriptorium.

D’autres problèmes seront envisagés. Celui des éditions anciennes, en  particulier lorsque le document original est perdu. Sans tomber dans la critique facile d’entreprises éditoriales passées, il serait intéressant de dégager les partis pris par les éditeurs anciens et les incidences qu’ils ont pu avoir sur la manière dont l’objet cartulaire et son contenu ont été reçus par les historiens. L’histoire de la recherche érudite et des entreprises de recensement ou d’édition des cartulaires contribue ainsi au travail des spécialistes. La journée sera l’occasion, espérons-le, de faire un point sur ces recherches d’hier et d’aujourd’hui, dont une partie est demeurée inédite ; de développer aussi une réflexion prospective sur les besoins et les orientations de la recherche dans les années à venir.

Les perspectives scientifiques sont indissociables des perspectives éditoriales et des possibilités démultipliées que l’édition numérique offre aux chercheurs. Cette rencontre sera l’occasion de présenter les projets et les initiatives en cours dans le domaine de l’édition numérique. Enfin, une comparaison avec d’autres régions ou pays pourra être esquissée par la présentation de recherches issues de thématiques semblables.

Cette rencontre s’inscrit dans les projets du volet « Valorisation technologique du patrimoine » du Contrat de Projet Etat-Région 2007-2013  défendu par la Maison de la Recherches en Sciences Humaines de l’Université de Caen Basse-Normandie et est soutenue par le GDR « Diplomatique ». Ses actes feront l’objet d’une publication dans la revue électronique Tabularia, Sources écrites de la Normandie médiévale dans le courant de l’année 2010.

Renseignements et contacts : crahm [point] direction [arobase] unicaen [point] fr



Citer ce billet
gdrdiplo (2008, 3 octobre). Les cartulaires normands : bilan et perspectives de recherches. De rebus diplomaticis. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nwi0

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.