Diplomatique, paléographie et sciences auxiliaires à l’IMC de Leeds (9-12 juillet 2012)

L’édition 2012 de l’International Medieval Congress de Leeds, avec ses milliers de participants et ses centaines de sessions, s’est achevée il y a peu – c’était un IMC un peu spécial, puisque ce sera le dernier à avoir eu lieu sur les sites de Bodington Hall et Weetwood Hall. Y ayant été présent cette année encore, j’en propose ce très bref compte rendu, extrêmement personnel et  subjectif. En ce qui concerne la diplomatique et, de manière plus large, les sciences auxiliaires de l’histoire, cela aura été une bonne année. Il y a ainsi eu quatre sessions organisées par ou avec Mark Mersiowsky, concernant, d’une part, les corroborations, clauses pénales et comminatoires des actes médiévaux, d’autre part, les chancelleries au Bas Moyen Âge. Il faut y ajouter une session  « jeunes chercheurs » tenue sous la responsabilité de Paul Bertrand sous le patronage du GDR « Diplomatique », une session consacré à la documentary literacy sous la responsabilité de Georg Vogeler et, organisées par ce dernier et Dominique Stutzmann sous l’égide de l’association Apices, pas moins de six séances ayant pour objet la paléographie et/ou la codicologie des manuscrits, autographes ou inscriptions tant latins que vernaculaires, mais aussi hébreux, byzantins ou syriaques, sans oublier la méthodologie fondamentale. Les cartulaires n’ont pas été en reste, comme le montrait une session consacrée à la production ibérique ; tout ceci sans compter des communications relevant de ces domaines qui ont été prononcées dans un cadre thématique autre, comme celle de Bernhard Zeller, ou les papers concernant les chartes au cours de la série consacrée à Law, violence and social bonds. J’en oublie très certainement beaucoup, concernant notamment le livre manuscrit ou les bibliothèques.

Si l’on pense aux années précédentes, où chartes et diplomatique avaient déjà été bien présentes, que ce soit par l’intermédiaire du GDR 3177, par celui du CRAHAM de Caen ou grâce à d’autres, il est permis de parler d’un certain mouvement de fond. À en juger par l’expérience de l’auteur de ces lignes, qui n’a bien sûr pas pu assister à tout, ces séances ont en général été bien fréquentées : je n’ai pas souvenir de salles preque totalement vides comme il m’a été donné d’en voir en d’autres occasions, avec un public réduit à trois personnes (le minimum que j’ai vu cette année ayant été une dizaine d’auditeurs, de plus à des heures peu favorables). D’une certaine manière, c’est presque un peu paradoxal : à l’heure où les abris institutionnels de ces disciplines se font de plus en plus rares en Europe, l’on a parfois l’impression que l’intérêt des médiévistes (et, du reste, pas seulement des médiévistes) pour les sciences auxiliaires, leurs méthodes et leurs questionnements s’élargit. L’IMC de Leeds n’est, loin s’en faut, pas un cénacle d’érudits austères, et est même critiqué à l’occasion pour son manque réel ou supposé de gravité et de profondeur scientifique. C’est dire que, certainement, le phénomène est significatif. Ce sont sans aucun doute là les fruits des efforts de renouvellement consentis par les sciences « ancillaires » au cours des dernières décennies, en France comme ailleurs. Bien sûr, tout cela ne constituait qu’une très petite partie du total des communications données au cours du congrès : mais cette très petite partie n’était pas totalement noyée dans la masse.

À considérer l’ensemble, un peu artificiellement bien sûr, comme un tout, il m’a semblé particulièrement intéressant de voir cohabiter ou se mêler sans émoi particulier des approches que l’on n’aurait pas forcément considérées comme compatibles il y a relativement peu encore. J’ai ainsi vu traiter de sujets comme les corroborations ou les clauses pénales et comminatoires, de la diplomatique « dure » donc, mais aussi d’approches d’histoire culturelle, de la pose des fondations d’une paléographie et d’une codicologie syriaques, de traitements numériques présentés comme majeure ou mineure de diverses communications, d’associations étroites avec l’histoire de l’art… Je n’ai pas eu non plus l’impression que ces démarches, leur cohabitation ou leur association aient été conçues ou ressenties comme particulièrement provocatrices ou révolutionnaires. Ceci pourrait être le signe de leur intégration harmonieuse (mais pas forcément achevée) au champ disciplinaire « normal », ce qui me semble très positif, notamment en ce qui concerne le secteur numérique – qui n’est pourtant pas celui que je maîtrise le mieux.

Je pense donc que le bilan du Leeds cuvée 2012 est, dans les domaines qui sont ceux du GDR ou lui sont connexes, très bon, au-delà de communications souvent de haut niveau. Encore une fois, je ne parle que de ce que j’ai vu, qui n’est même pas l’intégralité de ce que j’ai cité, d’autant que j’ai aussi assisté ou participé à des séances en histoire religieuse ; mais cela me semble suffisant pour en retirer cette excellente impression.

 

 

 


3 réflexions sur « Diplomatique, paléographie et sciences auxiliaires à l’IMC de Leeds (9-12 juillet 2012) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.