Les formulaires, XIIIe congrès de la CID : bref compte rendu

Les 3 et 4 septembre s’est tenu à Paris le XIIIe congrès de la Commission internationale de diplomatique, mêlant comme il est d’usage rencontre scientifique et réunion des instances de la CID – ce qui est aussi la manière de procéder, par exemple, du Comité international de paléographie latine. Le thème fixé pour la rencontre était celui des formulaires, ce pour quoi un questionnaire avait été élaboré et diffusé largement en amont par les organisateurs de la manifestation, Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Silio Scalfati (programme). Les rapides notes qui suivent n’ont aucunement l’intention de présenter un tableau exhaustif de la rencontre, mais bien plus d’en rapporter quelques impressions. La première journée a été accueillie par l’École pratique des Hautes Études, dans ses locaux du « France », 190-198 avenue de France (XIIIe arrondissement), la seconde aux Archives nationales, sur le site du 60 rue des Francs-Bourgeois.

Dans une brève introduction, Olivier Guyotjeannin, président de la CID, a tout d’abord rappelé les institutions impliquées dans le congrès : l’École nationale des chartes et son EA 3624 « Histoire, mémoire et patrimoine », les Archives nationales, l’ÉPHÉ et l’EA 4116 « Saprat », ainsi que l’équipe « Themam » (UMR 7041 « ArScAn ») et le GDR 3177 « Diplomatique ». Suivirent les allocutions d’accueil de Denis Pelletier, président de l’ÉPHÉ, et Jean-Michel Leniaud, directeur de l’École des chartes et, le second jour, celle de la directrice des Archives nationales, Agnès Magnien. La matière était divisée en sections thématiques, présidées par des modérateurs qui procédaient à une une remise en perspective développée des différentes contributions avant d’ouvrir la discussion au public – particulièrement nombreux au cours de ces deux journées.

Les communications ont couvert un champ géographique et chronologique vaste, du Portugal à la Bohème et du vie au xviie siècle. De manière plus ou moins prononcée, un certain nombre de questionnements restaient communs à toutes, donnant une assez forte unité à ce qui aurait pu paraître quelque peu dispersé – l’ultime ciment étant donné par des discussions animées qui aidaient à dévider quelques fils rouges tout au long du congrès. Ces derniers furent repris par dans conclusions, présentées par Laurent Morelle mais issu d’un travail commun aux organisateurs de la réunion.

Un problème récurrent était celui de la constitution de l’objet « formulaire » et de sa désignation, comme le rappelèrent opportunément les considérations de Peter Herde sur le vocabulaire lors de sa reprise des communications de la section « Formulaires pontificaux et royaux, xiiiexvie siècle » – c’est ainsi que le français « formulaire » recouvre les termes allemands de Formular (ensemble des formules d’un acte, d’un ensemble ou d’un type d’actes) et Formelsammlung (ou Formelbuch, recueil de formules). P. Herde proposait à cette occasion de réserver ce dernier terme aux recueils de matériaux du quotidien, et de réserver Briefsammlung à des compilations de modèles plus développés et composés ad hoc.

Alice Rio a noté pour les formulaires francs d’époque mérovingienne et carolingienne le côté artificiel qu’il y a à isoler des « œuvres » aux contours nets, quand la tradition des textes illustre au contraire la labilité des compilations. Pareillement, la question de l’emploi de certains textes comme formulaires fut évoquée, par exemple pour les Libri cancellariae de la chancellerie pontificale (Andreas Meyer). De manière particulièrement intéressante, les communications ont tenté d’appréhender leur objet de la manière la plus dynamique possible, c’est-à-dire en le replaçant autant que possible dans divers contextes, dont celui des flux documentaires dont il pouvait participer.

Ainsi, pendant que les uns tentaient de cerner une influence des recueils de formules sur telle ou telle production diplomatique (Sarah Gross-Luttermann, Miguel Calleja-Puerta), d’autres ont au contraire cherché à caractériser l’impact des pratiques sur les compilations (comme Karl Heidecker) – à telle enseigne que, dans une section entièrement réservée au Portugal, l’on pouvait entreprendre de suppléer l’absence de formulaires conservés au moyen des actes effectivement rédigés et expédiés (José Marques, Maria Helena Coelho et Maria do Rosário Barbosa Morujão, Cristina Cuhna, Maria João Oliveira Silva). D’une manière générale, le va-et-vient entre les recueils, les rédacteurs d’actes et les actes était au cœur des interrogations ; c’est ainsi qu’Irmgard Fees a évoqué le formulaire, au sens large, des actes d’échange au niveau européen, pour les viiiexiie siècles.

Tout naturellement les orateurs en vinrent également à évoquer les pratiques juridiques et rédactionnelles, ainsi, Daniel Piñol Alabart relevant l’activité de notaires prêtres dans les paroisses du diocèse de Tarragone – le notariat étant du reste bien présent dans ce congrès, au travers également des communications de Gábor Dreska, Reyes Rojas García, Giovanni Feo, Maria Luisa Pardo, Pilar Ostaos, Scilio Scalfati. Les chancelleries royales et princières n’étaient pas en reste, qu’elles fussent françaises, léonaises (Maria Josefa Sanz Fuentes), bohémiennes (Marie Bláhová, Ivan Hlaváček) ou hongroises (Kornel Szovak). C’étaient autant de nuances de processus administratifs, politiques et diplomatiques qui étaient exposées. La cristallisation de pratiques d’écriture en un recueil à un moment donné ne répond pas à un seul type de besoin ou d’évolution institutionnelle, même simplifiées à l’extrême pour en dresser une typologie. Ainsi, les différents contributeurs ont-ils évoqué tour à tour des instruments d’enseignement et de formation, des recueils de notes personnelles, des outils de travail d’une institution, des modèles normatifs, des aides techniques, des reflets d’une évolution sociale, économique ou politique…

Les conclusions présentées par Laurent Morelle ont fait allusion aux cartulaires, proposant un parallèle entre leurs multiples facettes et la diversité des formes et des usages des formulaires – et suggérant une possible utilisation des cartulaires comme modèles de rédaction. Le rapprochement n’était pas fortuit. En effet, la rencontre a mis en lumière une caractéristique que partagent ces différents types de compilation documentaires : il est, au fond, impossible de savoir a priori comment est utilisé un manuscrit, voire, selon les circonstances, pourquoi il a été compilé. En tout état de cause, le simple rattachement d’un ouvrage à une catégorie documentaire, même plus ou moins médiévale, ne saurait tenir lieu de conviction sur les tenants et les aboutissants de sa confection ou de son devenir.

Jean-Michel Leniaud avait observé dans son allocution que, d’une manière comparable à l’histoire de l’art, la diplomatique, que ce soit celle du Moyen Âge ou d’autres époques, avait su se transformer pour se dépasser, et faire d’elle-même une discipline englobante, capable au-delà de son érudition et de ses techniques propres de fournir un cadre qui aide à comprendre une société. C’est en effet bien ainsi que les participants ont envisagé leur tâche, ce qui a donné lieu par exemple à des prises de vues sur l’insertion des compilations dans l’idéologie princière ou royale (Olivier Mattéoni, Olivier Poncet, Jonas Braekevelt).

L’ensemble est resté assez « diplomatique », les relations avec les autres domaines, notamment le genre épistolaire en soi, se tenant en retrait – la matière était déjà riche et abondante. La publication des actes du congrès a été d’ores et déjà annoncée et devrait, on l’espère, intervenir assez rapidement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.