Diplomatique et paléographie : les MPMA

Il s’est tenu les 20 et 21 septembre 2012  à l’Institut, sous les auspices de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, une rencontre consacrée à Formes graphiques et statut de l’écrit dans l’Europe médiévale. Elle était organisée autour des activités de la collection Monumenta palaeographica Medii Aevi, actuellement dirigée par Jean-Pierre Mahé, Élisabteh Lalou et Marc Smith, avec pour objectif de dresser un bilan des publications et de présenter des perspectives à son développement. Je n’en livrerai pas de compte rendu ici, mais me bornerai à remarquer le rôle très important pris par les documents de nature diplomatique dans les diverses séries qui composent cet ensemble – dont le principe de base est la présentation de fac-similés de témoins d’écritures ou de phénomènes paléographiques particulièrement intéressants, accompagnés de leur transcription, de leur étude et de leur analyse. Qu’il s’agisse des documents de Cluny, de tablettes de cire, d’écorces d’arbre, de latin, d’hébreu, de bactrien… les « monuments » relèvent souvent de la sphère qui est au centre des préoccupations du présent carnet de recherche. C’est une occasion supplémentaire de se souvenir que paléographie et diplomatique n’étaient pas séparées dans l’œuvre fondatrice de dom Mabillon, et de rappeler toute l’importance qu’ont ces deux disciplines l’une pour l’autre. La paléographie n’est pas qu’un répertoire de recettes pour déchiffrer un document ou une réserve de critères pour le critiquer (même si elle l’est aussi) ; elle fournit des clés pour comprendre l’objet matériel et social qu’est une charte, un diplôme, un acte notarié, un compte… À l’inverse, l’étude de l’écriture ne peut faire l’impasse sur la compréhension en profondeur d’une documentation qui  doit pas être réduite au rôle de simple vecteur des signes étudiés ; ceci est bien sûr valable quel que soit le type de texte considéré.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.