Premières rencontres médiévales européennes : autour de la charte de Lorris

Les 5 et 6 octobre 2012 ont été tenues les premières Rencontres européennes médiévales de Lorris, manifestation qui est appelée à se renouveler en suivant un rythme bisannuel. Elles avaient pour centre de gravité la charte de coutumes de Lorris-en-Gâtinais, texte fondateur de l’histoire des libertés communautaires au Moyen Âge, à l’occasion du (peut-être) 900e anniversaire de sa promulgation. Le principe retenu était de joindre un colloque scientifique sur et autour de la charte à deux conférences grand public (l’une sur les résidences royales, l’autre sur le Roman de la Rose) et à un concert vespéral de harpe et d’orgue, l’ensemble de ces manifestations, enchâssées dans le cadre d’une commémoration plus large, étant ouvert à qui souhaitait s’y rendre. Il avait été explicitement demandé aux orateurs de prévoir un texte accessible autant que possible aux non-spécialistes (qui doit être diffusé par les canaux municipaux), une version plus dense des communications devant être réservée à une publication spécialisée.  La coordination et l’organisation des rencontres étaient assurées, d’une part, par M. Jean-Paul Godfroy, maire de Lorris, et, d’autre part, par un comité composé de Mme Élisabeth Nortier et MM. Louis de Carbonnières, Jean-Luc Lefebvre et Nicolas Warembourg.

La prise en compte d’un public élargi n’a en aucun cas porté atteinte à la qualité scientifique de la manifestation. Les organisateurs ont ainsi réuni quelques-uns des plus grands noms de l’histoire du droit, dans un ensemble assez fortement marqué par cette dernière discipline. Il ne sera pas fait ici de compte rendu détaillé de l’événement, ne serait-ce que parce que ses premiers résultats doivent être diffusés rapidement, au profit de quelques rapides observations.

Cette manifestation a été l’occasion de confronter des traditions et des pratiques historiographiques ; en effet, était présente une forte proportion de juristes, historiens du droit, dont la formation et les méthodes de travail ne sont pas les mêmes que celles des chercheurs et savants issus des filières spécifiques à l’histoire. Ceci s’est manifesté dans l’attention assez grande qui a été portée, tout d’abord, aux catégories systématiques du droit, ensuite, aux éventuelles continuités avec les grandes traditions juridiques, romaines notamment. Ce sont des sujets qui peuvent intéresser le diplomatiste ; mais leur abord systématique lui est moins familier, de même qu’il ne lui est pas habituel d’en faire le centre de son analyse. C’est sans doute aussi pour cela que des questions qui auraient été centrales dans un congrès de diplomatistes n’ont pas été abordées de front : ainsi, celle de la date à laquelle la charte de Lorris a été concédée (1112-1113 ou 1123-1124), point sur lequel les désaccords entre différents intervenants n’ont pas été dissimulés, mais ne sont apparus que comme élément assez secondaire des discussions – en l’espèce, il est vrai que les positions réciproques ayant été posées clairement ailleurs, en débattre n’eût pas forcément permis de beaucoup avancer (l’on pourra se reporter à l’article qu’a fait paraître É. Nortier dans les Cahiers de civilisation médiévale, t. 54, p. 143-175, pour un état des questions) .

Pareillement, la tradition de la charte n’a pas fait l’objet d’une attention particulière – elle est connue par un acte de Philippe Auguste de 1187 (lui-même transmis par plusieurs copies dont un vidimus  de 1290), confirmant tant la charte que sa première confirmation par Louis VII en 1155, ainsi que par cette dernière, qui a trouvé entre autres son chemin vers les registres A, B et C de Philippe Auguste ; elle constitue le no 414 du Recueil des actes de Louis VI de Jean Dufour et ses témoins principaux le no 202 du Recueil des actes de Philippe Auguste de H.-François Delaborde et le no 351 de l’Étude sur les actes de Louis VII d’Achille Luchaire. Ce sont, bien évidemment, des éléments déjà connus ; mais là encore, une orientation disciplinaire plus proprement mabillonienne eût sans doute abordé cette question-là aussi de front.

L’effet de décalage était, du point de vue d’un diplomatiste, intéressant, d’autant que des communications plus « historiennes » ont permis de le rendre sensible. C’est ainsi qu’au plan méthodologique, cette rencontre, même si ce n’était pas son objet principal, a été l’occasion de s’interroger sur la complémentarité des approches sur un même objet et de regretter, peut-être, qu’elles restent souvent parallèles.

Furent ainsi revisités un bon nombre de sujets : la place de la charte dans les contextes locaux et politiques du règne de Louis VI, l’analyse de son contenu en matière de droit des personnes ou des communautés, la diffusion de son modèle et d’autres au sein du vaste mouvement des libertés urbaines et rurales, son rôle dans les études juridiques postérieures, sans oublier de fructueux aperçus des déclinaisons ibériques, italiennes ou germaniques du phénomène. L’auteur de ces lignes s’est essayé, avec Caroline Bourlet, à une approche diplomatique du genre « charte de coutumes » ; il doit confesser que si le sujet l’intéressait et l’intéresse toujours, une communication plus centrée sur le document ayant motivé la rencontre eût pu mieux compléter cette dernière.

Un trait saillant a été le considérable succès populaire d’un colloque dont l’organisation fut excellente et les maîtres d’œuvre ou d’ouvrage des hôtes parfaits. Dépassant toute prévisions, l’assistance a ainsi compté, selon les moments, entre 40 et 120 auditeurs, dont l’intérêt s’est manifesté lors des séances de questions après les communications. Il est finalement réconfortant pour un spécialiste des actes médiévaux de constater qu’un colloque organisé autour d’une charte suscite tant d’intérêt.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.