Compte rendu : In litteris vulgaris dictis – l’emploi et la perception des langues dans la Flandre médiévale

Nous publions ici le compte rendu de l’une des séances du séminaire « Pratiques de l’écrit médiéval » de l’Université de Namur, rédigé par Antoine Brix, doctorant de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve. Nous remercions tant l’auteur du texte que les organisateurs du séminaire pour cette publication.

Compte rendu de la conférence de C. Peersman (U. Sheffield), In litteris vulgaris dictis : l’emploi et la perception des langues dans la Flandre médiévale, Séminaire « Pratiques de l’écrit médiéval », Université de Namur, 20 décembre 2012

Lorsque leurs recherches les portent vers la période médiévale, les linguistes et les historiens travaillent nécessairement sur les mêmes sources : les textes. Cela n’est pas évident pour les périodes ultérieures ; on sait que William Labov, « père » de la socio-linguistique historique, a associé son nom à des enquêtes sur la prononciation de ses contemporains, fondant son travail sur des témoignages oraux.

La « communauté heuristique » des médiévistes, linguistes et historiens, est notamment illustrée par les travaux de Catharina Peersman. Cette linguiste formée à la KULeuven, lecturer à la University of Sheffield, s’est efforcée d’en donner un fidèle aperçu à l’occasion d’un séminaire-conférence du centre de recherche « Pratiques médiévales de l’écrit » (Université de Namur), intitulé : « In litteris vulgaris dictis : emploi et perception des langues dans la Flandre médiévale ».

Après avoir à grands traits posé le cadre théorique de la socio-linguistique historique, notamment par le recours aux travaux de William Labov, Catharina Peersman donne un tableau synthétique de la diglossie qui caractérise le Moyen Âge. Ce rappel des étapes de l’apparition du vernaculaire dans les textes sert à mieux inscrire les deux études de cas qui occupent prioritairement la conférencière dans le contexte linguistique du Moyen Âge central et tardif.

La première, sorte d’abstract de la thèse qu’elle a présentée, s’intéresse à l’emploi des langues – tout particulièrement de l’ancien français – dans la chartrier trilingue de l’abbaye norbertine de Ninove entre 1137, date de la fondation, et 1350, date à laquelle on fait arbitrairement correspondre le remplacement de l’ancien français par le moyen français. Catharina Peersman procède, sur les 149 originaux et 87 copies vernaculaires, à une triple analyse : une approche strictement linguistique, attentive aux traits dialectaux ; une interrogation socio-historique portant sur les données objectives des chartes (destinataire, objet de la transaction, etc.) ; enfin, au croisement de ces deux dernières perspectives, un travail proprement socio-linguistique, dont l’objectif est de dégager les liens existant entre la langue d’une charte et son contenu.

Ici n’est pas le lieu de reprendre un par un tous les phénomènes que la conférencière a été amenée à observer ; qu’il suffise de renvoyer à sa thèse partiellement publiée en 2012 (L’essor des langues vernaculaires dans les chartes de Ninove. Perspectives sociolinguistiques sur l’essor et l’emploi de l’ancien français dans les chartes de l’abbaye). Notons simplement que la recherche aboutit autant à des conclusions attendues (à exemple de l’utilisation de l’ancien français lorsque les données socio-historiques pointent vers un milieu noble) qu’à des constatations interpellantes et difficilement interprétables, à l’instar de l’utilisation d’une langue spécifiquement wallonne – plutôt que picarde, plus fréquente dans le chartrier – lorsque toutes les données du contenu convergent vers le milieu néerlandophone.

Positionnée comme en miroir de leur emploi, la perception des langues est une question qui devrait également rassembler historiens et linguistes. Catharina Peersman l’illustre ici par une étude du traitement réservé à la bataille des éperons d’or (11 juillet 1302) dans les historiographies française et flamande du début du XIVe siècle. Distinguant chronologiquement plusieurs phases des deux côtés, elle s’attarde davantage au cas de l’historiographie flamande. Les Français, se sont en effet, dès la deuxième décennie du XIVe siècle, désintéressés de la question, et leurs réflexions sur l’utilisation des langues sont rares.

À l’inverse, le cas flamand est riche de considérations à ce propos – et c’est d’ailleurs lui qui sera au centre d’une publication en préparation de Catharina Persman –, surtout qu’il embrasse plusieurs langues. Liant, dès septembre 1302 et la Passio Francorum secundum Flemyngos, l’identité flamande à la langue, les historiographes n’hésitent pas à intégrer dans leurs récits, phénomène excessivement rare dans les chroniques médiévales, du discours direct en français au sein d’une narration en flamand. Cet effet de différenciation, cet caractère « militant » du multilinguisme est lourd de sens ; les matines de Bruges en sont, dans un registre différent, un autre exemple frappant. Ce code-switching, pour reprendre l’expression consacrée, peut par ailleurs être interprété comme une forme d’« humour » que l’actuel conflit communautaire belge n’a pas complètement oubliée. Faire parler l’« autre » dans sa langue, c’est tout à la fois le désigner comme « autre » et dénigrer une langue comprise mais non avenue.

Antoine Brix

Université Catholique de Louvain

Louvain-la-Neuve


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.