Compte rendu : Les transcriptions d’actes dans les manuscrits non diplomatiques

Le 10 janvier 2013 s’est tenue à l’Institut de recherche et d’histoire des textes une journée d’étude consacrée aux Transcriptions d’actes dans les manuscrits non diplomatiques, organisée en commun part l’École pratique des Hautes Études, Section des Sciences historiques et philologiques, et l’IRHT, sous la houlette de Laurent Morelle, Caroline Bourlet et Sébastien Barret. La rencontre a été introduite par Nicole Bériou, directrice de l’IRHT, qui s’est particulièrement réjouie, lors de son allocution de bienvenue, de l’occasion ainsi offerte aux deux institutions de collaborer fructueusementsur ce terrain.

La première communication a été prononcée par Laurent Morelle (Une tradition documentaire insuffisamment explorée : les actes copiés dans les manuscrits « non-diplomatiques »), qui donnait ainsi à la rencontre son orientation méthodologique fondamentale. Il y a tout d’abord souligné que si le sujet n’était pas entièrement neuf, il demeurait à défricher dès lors qu’il s’agissait de plus que d’une simple voie d’accès à des documents inédits. Il a ensuite tracé le champ méthodologique d’une telle enquête, en examinant d’abord quelques limites et difficultés. Tout d’abord, la notion même de manuscrit non diplomatique, difficile à définir. Si certains cas (livres d’étude) semblent évidents, il n’en va pas toujours ainsi ; du reste, la définition symétrique de ce qu’est un manuscrit diplomatique pose également question, surtout si l’on sort du domaine des cartulaires. Un problème est notamment soulevé par les ouvrages composites ab ovo (livres du chapitre, par ex.), parfois identifiés de façon trompeuse : un « cartulaire » peut consacrer moins de place aux chartes qu’à des textes hagiographiques ou liturgiques ; un « homéliaire » peut comporter dès sa conception un « cartulaire-dossier ». Une autre difficulté liminaire invite par ailleurs à considérer les documents diplomatiques dans leur acception la plus large, incluant donc les documents d’administration (règlements, listes de cens, lettres ex officio). Un dernier problème évoqué tient à la notion même de copie. Même en écartant a priori les actes originaux insérés dans des reliures (parfois des essais invalidés), le statut des textes inscrits peut rester incertain : on ne peut exclure qu’il s’agisse parfois de primo-inscriptions et non de copies. Pareillement, les actes constitutifs d’œuvres littéraires (pièces justificatives plus ou moins insérées dans des chroniques, par exemple) sont normalement exclus de l’enquête, mais des cas d’insertion peuvent être masqués quand le manuscrit d’accueil est lui-même recopié avec la ou les pièces insérées qui l’accompagnent ; les épaisseurs stratigraphiques peuvent compliquer la donne.

Une question importante et délicate est celle du poids du mode de transmission ici étudié dans la connaissance des actes. Aucun recensement systématique n’a été établi, mais quelques études de cas montrent que cette tradition documentaire, pour marginale qu’elle soit, est précieuse car elle nous donne à connaître des catégories de documents sinon très mal représentés, même à l’âge des cartulaires. Par ailleurs, certains types de manuscrits semblent attirer spécialement certains types de documents.

La présence de l’acte copié invite à poser la question du lien qu’il entretient avec le manuscrit qui l’abrite. En somme, pourquoi cet acte (reçu ou expédié) a-t-il été inséré dans ce manuscrit à ce moment (plus ou moins bien déterminé) ? Différents cas de figure, illustrés d’exemples, ont été évoqués, permettant de dégager une diversité d’objectifs poursuivis par l’insertion : simple conservation, protection accrue par l’usage ou la nature du manuscrit d’accueil, capture immédiate d’un projet ou d’un document en circulation. Dans certains cas, on peut présumer un lien fonctionnel existant entre le document et le manuscrit d’accueil : ce dernier a pu servir d’objet symbolique lors de la cérémonie diplomatique qui a accompagné l’action juridique consignée dans l’acte copié.

Les conclusions de Laurent Morelle, ainsi que la discussion qui s’ensuivit, ont insisté sur la nécessaire collaboration (sans confusion disciplinaire) des spécialistes (codicologues, diplomatistes, paléographes) dans l’étude des insertions d’actes : une bonne connaissance de l’environnement codicologique des documents insérés est indispensable pour espérer comprendre les « logiques » qui ont présidé à leur inscription ; inversement, les actes insérés aident à mieux comprendre les usages du livre et le travail du scriptorium.

Stéphane Lecouteux (Sept chartes de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp transmises dans des manuscrits médiévaux non diplomatiques [XIe-XIIe siècle]) est ensuite revenu sur le cas de Fécamp. Sept documents ont été transmis par des copies dans des manuscrits non diplomatiques : d’une part, un diplôme, en fait, la charte de donation primitive de Richard Ier, et six actes rapportant des accords passés entre l’abbé et des proches du convent. Le diplôme présente une interpolation ; les autres actes relèvent de l’administration courante. Ces documents sont insérés en début et en fin de volumes, sur des feuillets restés vierges, mais qui étaient sans doute dès leur origine protégés par une reliure ; typologiquement parlant, les textes principaux des manuscrits relèvent de la patristique, de l’hagiographie et de la théologie ; ce sont des volumes dont on connait, du reste, l’utilisation au chapitre. La charte interpolée de Richard Ier est connue par ailleurs ; l’interpolation peut être datée de 1067-1076, voire de 1072-1075. Stéphane Lecouteux a, pour ce cas, émis l’hypothèse que la copie dans le manuscrit procéderait d’une sorte de mise au brouillon de l’interpolation, afin de la tester avant de la pratiquer sur le document original. Ce serait ainsi à la fois une copie et un modèle. L’orateur s’est ensuite demandé si de telles insertions n’auraient pas été, en l’espèce, le fait de l’armarius, qui aurait utilisé les ouvrages pour noter des documents en rapport avec ses activités. Il s’est également interrogé sur la possibilité que les six copies brèves aient pu être, en fait, des brouillons préalables à l’établissement des écrits définitifs. Il est également possible qu’il se soit agi d’une manière de conserver des documents dont les originaux ne devaient pas être conservés.

Claire Lamy, au cours de la discussion qui a suivi, a fait observer, appuyée par Chantal Senséby, que les fonds qu’elle connaissait renfermaient des actes originaux de peu d’ampleur, dont on ne s’était donc pas débarrassé. Armand Jamme mentionnait ensuite le texte d’un serment conservé sous deux formes, l’une originale, l’autre interpolée, dans des manuscrits des consuls de Pérouse ; la différence correspondant à la lecture faite par la commune d’une démarche de protestation auprès du Saint-Siège.

Jean-Charles Bédague (La réforme de Grégoire VII au fil des manuscrits audomarois) a évoqué ensuite une collection de lettres de Grégoire VII transmises de manière plus ou moins groupées par quatre manuscrits issus de l’abbaye de Saint-Bertin ou du chapitre de Saint-Omer. Ces lettres sont rassemblées en dossier dans trois de ces manuscrits ; l’une d’entre elle est connue par ailleurs en original, quatre sont reprises dans le registre du pape. Ces copies correspondraient à deux épisodes conflictuels bien distincts s’étant déroulés dans le diocèse de Thérouanne, l’un en 1078-1080, l’autre vers 1082-1083. Tous les manuscrits ont comme point commun de présenter des textes qu’on peut relier avec la papauté et la réforme : le registre de Grégoire le Grand, le Liber pontificalis, des listes de papes, les pseudo-décrétales d’Isidore Mercator, le Décret de Burchard de Worms ou des décrets conciliaires. L’hypothèse émise est celle de la constitution – peut-être à Rome – d’un dossier de lettres de Grégoire VII qui aurait circulé ensuite dans les milieux régionaux favorables à la réforme (dont était la collégiale de Saint-Omer). Elle aurait été l’œuvre d’un certain Enguerrand, chanoine de Saint-Omer, présenté comme un fidèle du pape, qui jouait alors un rôle d’intermédiaire entre la cour pontificale et le comté de Flandre.

La discussion, à laquelle prirent entre autres part Dominique Stutzmann et Laurent Morelle, a encore une fois souligné la problématique des distinctions typologiques internes à la diplomatique et entre les divers secteurs de celle-ci, et notamment, en l’espèce, la question de la perception par les médiévaux des lettres de Grégoire le Grand.

Caroline Bourlet (Un trésor dormant à l’IRHT ? Le repérage des documents diplomatiques à travers les notices de manuscrits des bibliothèques de France) a elle évoqué un fichier de documents diplomatiques copiés dans des manuscrits non diplomatiques récemment redécouvert à l’IRHT. Celui-ci a sans doute été constitué, pour la plus grand part, avant les années 1970, sur la base du dépouillement de catalogues (Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France par exemple), et non des manuscrits eux-mêmes. Elle a procédé à un échantillonnage en considérant les 400 premiers manuscrits décrits par le CGM pour la bibliothèque de Reims, dont 44 étaient présents dans le fichier en question.

Les types documentaires rencontrés étaient des actes souvent informes, des comptes, des rouleaux des morts, des obituaires, des lettres, des sentences, des listes de noms, des cens, des inventaires de biens, ainsi que des formules ou modèles. La grande masse de ces documents était portée sur des feuillets de garde, peu dans les premiers feuillets, et très peu dans le corps du texte. À partir de l’exemple d’une donation de biens par un chanoine de 1275 transcrite entre un explicit et une mention de possesseur, elle a pu évoquer également le problème du statut du texte : copie d’un acte préexistant, ou transcription directe et directement destinée à faire foi ?

Claire Lamy intervenait directement à la suite pour signaler le cas d’un missel de Tours provenant de Marmoutiers ou Saint-Martin. Un acte concernant les biens d’une paroisse précède deux textes liturgiques brefs et la représentation d’un Christ en croix ; suivent le per omnia secula seculorum, le vere dignum et le canon de la messe. L’iconographie a sans doute été ajoutée dans un second temps ; et, de toute façon, le statut du texte juridique dans ce contexte est très incertain.

Jean-Pol Évrard (Transcriptions d’actes dans des manuscrits non diplomatiques de Verdun) a examiné le cas de 7 manuscrits verdunois livrant des textes diplomatiques. Cinq d’entre eux présentent des actes isolés, un recueil en donne deux et un manuscrit livre tout un dossier de six actes. Pour lui aussi s’est posé, du reste, le problème de la typologie et de la limite à tracer entre « manuscrit non diplomatique » et « texte diplomatique » transcrit. Le cas du ms 7 est tout-à-fait représentatif des problèmes qu’il a rencontré : c’est un recueil de textes monastiques (règle de saint Benoît, martyrologe, homéliaire copiés au XIIIe siècle, nécrologe copié entre 1462 et 1475, et diverses pièces copiées au milieu du XVe siècle). Outre ceci, ont été transcrits un indult de 1601 (Clément VIII) et, au XVe siècle, une série de documents : la  translation par Albéron de Chiny des reliques de saint Saintin, premier évêque de Verdun, la description d’une visite à un malade par saint Anselme de Cantorbéry, un passage consacré à la manière de prier pour les défunt, les mentions de divers anniversaires dont celui du bienheureux Richard, une notice présentant diverses mesures relatives au fonctionnement interne de l’abbaye Saint-Vanne du temps de l’abbé Laurent (1099-1139), une lettre de l’empereur Lothaire III, datable de 1125, à Henri ier, évêque de Verdun, pour le prier de rendre à l’abbaye Saint-Vanne les biens et droits qui lui ont été usurpés, une lettre du pape Honorius II datable du 20 mars 1125, au même Henri, pour qu’il restitue à l’abbé Laurent de Saint-Vanne le marché du Mont-Saint-Vanne et divers droits, et qu’il fasse justice à Richer de Breux qui avait envahi l’alleu de l’abbé à Baroncourt, une lettre de Nicolas II à Thierry, évêque de Verdun (un faux réalisé dans les premières années du xiie siècle à partir d’un autre faux déjà attribué à Nicolas II). L’indult mis à part, ces pièces forment une sorte de dossier, qui reflète peut-être un modèle préexistant. Mais malgré leur grand intérêt, il est difficile d’en saisir la portée à l’époque où elles furent copiées et, partant, les raisons qui ont mené à leur sélection et à leur transcription.

Les autres cas abordés étaient numériquement moins importants, mais posaient tous le même problème fondamental des raisons de la copie et du rôle éventuel de celle-ci. Ces autres pièces furent en général copiées sur des pages restées blanches, et non insérées en dossier, mais semblaient, dans le cas des autres manuscrits, défier également l’explication – ceci sans exclusive, par ailleurs, de leur intérêt propre. Jean-Pol Évrard conclut à la nécessité de poursuivre une enquête passionnante, mais difficile.

C’est enfin Armand Jamme (Florilèges épistolographiques et tradition des formes diplomatiques : le cas de la documentation épistolaire des recteurs pontificaux [Italie centrale, XIIIe-XIVe siècles]) qui a pris la parole pour la dernière communication du jour. Le sujet était ici abordé de manière un peu différente : il s’agissait de recueils situés à la limite entre compilations épistolaires et collections d’actes, aux objectifs et aux pourtours variés, copiés autour du XIIIe siècle. Au nombre des pièces analysées se trouvaient, entre autres, un recueil attribué à Bernard de Montmirat, contenant une soixantaine de lettres et de fragments de lettres, un recueil anonyme comprenant 122 lettres et fragments des cardinaux-légats et des recteurs de la Marche, du Duché de Spolète, du Patrimoine de Saint-Pierre et de Campagne et Maritime (1254-1322), ainsi qu’un chapitre du Liber epistolaris de Richard de Bury, donnant 55 lettres et fragments de lettres adressées au vicaire du recteur du Patrimoine entre 1295 et 1297.

Il ne s’agissait ici pas tant de la copie de documents diplomatiques dans des manuscrits non-diplomatique que de la réélaboration d’une documentation épistolaire ou diplomatique à des fins personnelles et orientées, souvent rhétoriques. Ainsi, un certain nombre d’extraits n’étaient-ils copiés que pour leur accomplissement formel, ce qui allait jusqu’à extraire des documents les seules formules jugées belles ou intéressantes. On pourrait presque dire qu’il s’agissait dans un certain nombre de cas de la « dé-diplomatisation » des pièces ou des extraits ; a ainsi été donné un très bel exemple des ambiguïtés qui peuvent se faire jour autour de la transcription de textes de nature diplomatique, ou aux abords de la frontière entre formulaire et recueil de lettres – ici aussi, du reste, les manuscrits analysés permettent de connaître des documents qui ne nous sont sinon pas parvenus.

Une table ronde a ensuite réuni les participants, afin d’esquisser une méthode et une stratégie pour la poursuite de l’enquête dont cette journée d’étude devait être la première manifestation. Finalement, il en ressortait qu’il fallait combiner les approches (par types de manuscrits, par chartriers ou par auteurs d’actes concernés) pour ne pas risquer de dépouillements stériles et frustrants. Outre les manuscrits eux-mêmes, il a été question des moyens d’enquêter à partir des catalogues (dont les protocoles de description ne permettent malheureusement pas toujours de repérer les documents isolés). Il faut également s’appuyer sur une sensibilisation des collègues proches qui voient régulièrement des manuscrits, afin de leur demander de signaler les cotes éventuellement intéressantes. L’enquête bibliographique ne doit pas être négligée non plus, qui permet de rassembler des renseignements, souvent épars, donnés au fil des différentes études. Enfin, les participants sont revenus sur les problèmes, souvent évoqués, d’ambiguïté typologique, le problème de la typologie des documents copiés aboutissant finalement à celui de la classification des manuscrits qui les renferment, et de l’évaluation de la distance « nécessaire » entre les deux pour pouvoir faire d’une pièce une copie adventice.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *