Axes de recherche

L’orientation des travaux et le suivi des différents axes du GDR seront assurés par un conseil scientifique composé d’un représentant de chacune des équipes. D’autres chercheurs et équipes seront associés aux travaux. Des réunions scientifiques seront régulièrement organisées autour des thèmes traités mais aussi afin de faire le point sur l’actualité de la recherche en diplomatique.

1. Lectures, réceptions et usages de l’acte écrit médiéval, des origines au XIXe siècle
Ce thème très large entend replacer le matériau diplomatique dans un continuum très long. Axe essentiel du GDR, colonne vertébrale des recherches qui y seront menées, il veut étudier la longue vie des actes, copiés, inventoriés, analysés, commentés, repris, remployés, réécrits, remaniés, des origines aux siècles les plus récents… Cet axe s’attache à la réception des documents diplomatiques, puis à leur utilisation comme modèle, leur rôle comme preuve (au sens juridique ou au sens « mémoriel », dans les procès comme dans les politiques d’affirmation de pouvoirs), voire, pour les siècles modernes, la construction d’un discours savant sur les actes : ce qu’on en attend, ce qu’on en dit, ce qu’on en fait, à tous niveaux d’usage (aussi bien les praticiens du quotidien que les théoriciens juristes).

2. L’acte et le temps. Dates, datations et expressions du temps
Le document diplomatique s’inscrit dans deux dimensions, des « coordonnées » de lieu et de temps ; composantes essentielles de l’action juridique et donc de l’acte diplomatique. La « date de temps » de l’acte médiéval est bien connue déjà pour sa variété (de l’absence totale à la suraccumulation de données) et comme possible indicateur d’histoire politique. Le matériau par sa masse autorise de vastes opérations de comptage, qui sont jusqu’ici demeurées timides ; il exige à la fois des ouvertures et des comparaisons (pratiques savantes et sensibilités quotidiennes, évolution des calendriers) et une stricte remise en contexte diplomatique (usages des rédacteurs, traditions, statut de la date comme une « formalité »). L’enjeu sera donc d’élaborer, mais avec précaution, des données sur l’histoire de la perception du temps, mais aussi en retour sur le rôle de l’acte. On interrogera donc les usages de la date (les actes non datés, les actes « incomplètement » datés, les actes « luxueusement » datés, la re-datation a posteriori, la date de l’heure..) et les modes d’expression (la résistible ascension de l’ère chrétienne ; les styles ; les datations liturgiques et la lente affirmation du quantième…). Mais cet axe se penchera aussi sur le temps tel qu’employé ou caractérisé par les acteurs/auteurs des documents eux-mêmes : la référence à des événements datés, à des moments-jalons de l’histoire vécue ; les « temps » employés dans les documents : passé, présent, futur ? et leur mise en relation avec le contenu juridique et diplomatique… L’acte est-il de son temps ? en effet, il doit gérer présent et permanence, passé et futur (archaïsmes volontaires et involontaires de la production diplomatique ; l’acte comme lieu d’innovation).

3. L’acte et l’espace. La circulation des documents et des modèles
Autre coordonnée essentielle : l’espace. Ici aussi, un axe particulier lui sera dédié. C’est un thème multiforme, il recouvre plusieurs centres d’intérêt, notamment: la circulation matérielle des actes, dans le cadre de leur obtention (par ex. le cas des lettres pontificales), de leur utilisation (à titre de preuve présentée devant une instance), ou de leur diffusion (information entre établissements, entre partenaires) ; les actes d’accompagnement du voyageur (lettres de créance, sauf-conduits, etc.) ; la circulation des modèles (vecteurs, zones d’influence, échanges d’influence..) ; sans oublier la circulation des disposants eux-mêmes et de leurs chancelleries (légats pontificaux, chancelleries royales ou princières).

4. Diplomatique des documents comptables et de gestion
Des initiatives concordantes commencent à appliquer concrètement un programme d’exportation du questionnaire classique de la diplomatique, éprouvé sur les diplômes et les chartes, à l’ensemble des documents de gestion – comptes, enquêtes, documents fiscaux et féodaux, registres de délibération… – qui constituent des périphéries plus ou moins volumineuses des chartriers médiévaux. Elles ont déjà montré que l’étude systématique et comparée du support, de la mise en page, de la langue, de l’organisation interne, peut déboucher sur un corpus de données dont les caractères, l’évolution, l’imitation constituent autant d’indices sur les pratiques gestionnaires, l’appréhension du monde, les outils et les visées du contrôle des hommes, des biens, du pouvoir. On entend faire un état des lieux, promouvoir des recherches nouvelles, réfléchir aussi sur les promesses et limites de cette extension de la discipline.

5. La matérialité des documents d’archives (approches paléographiques, codicologiques, iconographiques…)
Est concernée ici principalement une approche « archéologique » du document diplomatique en tant qu’objet matériel, en relation avec les diverses étapes de sa (longue) vie : genèse et validation, traces d’usage et d’archivage. Tous les aspects matériels du document sont à prendre en considération : le support, les dimensions, les encres, les modes de validation, les modes de pliage, voire la reliure… La mise en page, la mise en texte (et donc l’écriture) seront mis en relation avec ces caractéristiques formelles. Enfin, le volet iconographique : l’acte diplomatique est-il représenté et mis en scène (iconographie de l’acte et dans l’acte) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *